imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L’Etat russe reprend le contrôle de son pétrole

Le 19 octobre 2012 par Daniel Krajka


Les grandes manœuvres actuelles dans l’industrie pétrolière russe devraient permettre non seulement à BP de se tirer élégamment de son imbroglio russe mais surtout au Kremlin de contrôler à nouveau la moitié de sa production de brut.

 

Avant même l’arrivée d’Igor Sechin à Londres, sa société, Rosneft, avait déjà pris langue avec le consortium d’investisseurs russes AAR, qui détient la moitié du troisième producteur de pétrole du pays, le joint-venture TNK-BP. Les quatre oligarques avaient accepté de céder leur part pour 28 milliards de dollars. C’est la même somme que Sechin a proposé à BP pour acquérir l’autre moitié de TNK-BP. 
 
Selon la presse britannique, le directeur général de BP, Bob Dudley, aurait recommandé au conseil d’administration du pétrolier, qui doit se réunir le 19, d’accepter l’offre. C’est une opportunité pour BP de résoudre le conflit qui l’oppose à ses partenaires d’AAR, le consortium russe mené par Michail Fridman. 
 
Pour le gouvernement russe et Vladimir Poutine, cette opération permettra à l’Etat de reprendre le contrôle de la moitié de la production russe de pétrole. Des intérêts privés avaient racheté à bon prix les entreprises d’Etat sous la présidence de Boris Eltsine. La renationalisation des gisements pétroliers s’est faite depuis par la force – mise en faillite de Yukos et en prison de son actionnaire principal Mikhaïl Khodorkovsky – ou par la négociation – revente de Sibneft à Gazprom par Roman Abramovich –.  Après le rachat de TNK-BP, l’Etat russe détiendra 49,4% de la production pétrolière russe a calculé Chris Weafer, un dirigeant de Sberbank.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation