imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L'Australie ouvre ses mines aux investissements chinois

Le 11 décembre 2013 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Charbon


Le producteur de charbon chinois Yanzhou pourra détenir l'intégralité du capital de sa filiale en Australie, un changement de politique provoquée par les difficultés du secteur minier.


Le ministre australien du Budget, Joe Hockey, a décidé de lever les interdictions règlementaires qui limitaient les investissements étrangers en Australie. Cette décision, qui concerne en particulier les entreprises d'Etat chinoises qui ne pouvaient, jusqu'à présent, détenir plus de 70% du capital de leurs filiales australiennes. Le producteur chinois de charbon thermique Yanzhou Coal Mining pourra donc détenir 100% de Yangcoal Australia, qui possède des gisements en Nouvelles Galles du Sud, dans le Queensland et en Western Australia. Joey Hockey a également levé la limitation à 50% de la participation de Yanzhou dans Felix Resources et à 70% dans Syntech Resources et Premier Coal. Ces limitations de participation avait été imposé par l'ancien ministre du Budget, Wayne Swan en 2009 et devaient prendre effet fin 2014. 
 
"Depuis l'imposition de ces restrictions, des problèmes significatifs sont advenus pour l'industrie charbonnière australienne, avec le ralentissement de la demande, le recul des prix du charbon et un certain nombre de fermetures de mines", s'est justifié Joe Hockey. Yanzhou avait commencé à s'adapter à ces obligations notamment en réduisant sa participation dans Yancoal à 78%. L'importance du groupe chinois dans l'emploi de la région ainsi que sa volonté évidente de maintenir et développer son activité en Australie ont incité les autorités à assouplir leur position. Yanzhou avait proposé en juillet dernier de racheter les 22% de Yancoal qu'il ne contrôlait pas pour 190 millions de dollars. 
 
C'est un changement majeur de politique vis-à-vis des investissements étrangers, l'Australie venait de rejeter la tentative du géant américain de l'agroalimentaire, Archer Daniels Midland, de mettre la main sur GrainCorp pour 2,6 milliards de dollars. Les demandes d'investissements étrangers sont évaluées au cas par cas et le gouvernement n'a pas d'objection de principe à des prises de participation de 100% dans des entreprises australiennes, quand ce n'est pas contraire à l'intérêt national, a souligné le ministre. L'Australie, qui s'était opposée à la prise de contrôle de Rio Tinto par Chinalco en 2009, affirmant sa volonté de garder le contrôle de ses richesses naturelles, a pris la mesure de la baisse cyclique des matières premières. Les compagnies étrangères, chinoises en l'occurrence, sont les bienvenues pour investir dans le secteur minier.
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation