imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Alcan ouvre son centre de R&D isérois aux PME

Le 25 mars 2010 par Rédaction L'Usine Nouvelle
* Mots clés :  Rhône-Alpes, Rio Tinto

Pas si facile de faire la promotion des alliages d’aluminium face au cuivre et aux aciers, mieux connus des bureaux d’études. Alcan’s Engineered Product (15 000 personnes), filiale française du géant anglo-australien Rio Tinto, a donc décidé d’ouvrir son centre de R&D de Voreppe (Isère) aux PME, pour leur fournir des prestations d’études techniques, du choix de l’alliage au prototypage.

« Les 200 ingénieurs et techniciens du centre travaillent déjà, en plus de nos programmes de recherche internes, sur ceux de nos grands partenaires industriels de l’aéronautique, de l’automobile ou de l’énergie. Nous allons maintenant mettre cette expertise au service des PME pour les aider à répondre à des cahiers des charges fonctionnels », explique Didier Albert, responsable du développement vers l’extérieur du centre de R&D d’Alcan à Voreppe.

Selon lui, les PME manquent de connaissance et de maîtrise de l’utilisation de l’aluminium et de ses alliages. « Nous pourrons apporter des conseils ponctuels, au téléphone, mais surtout, après discussion, proposer des prestations à la carte, des services avec engagement de délais et de coût. Le changement interviendra donc plus au niveau des équipes commerciales que techniques, déjà rompues à l’exercice », détaille Didier Albert.

C’est donc bien une nouvelle offre de services qu’annonce Alcan. « C’est une démarche très novatrice et unique dans le groupe », précise Didier Albert. Mais promis, Alcan ne viendra pas concurrencer les centres techniques, dont l’aide aux PME est la première des vocations. « Il ne s’agit pas de se substituer à eux. Mais nous avons, nous, la capacité de réaliser des prototypes grandeur nature et bénéficions d’une unité de lieu et de compétences pour nos clients ». Des atouts qui sonnent pourtant bien comme des arguments concurrentiels.

Aurélie Barbaux

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation