imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

« Une correction sévère, mais passagère »

Le 18 novembre 2010 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Entretien


ENTRETIEN  Entretien avec Gayle Berry, directrice associée de la recherche commodités de Barclays Capital

Comment expliquer la correction subie par les cours de métaux de base depuis les plus hauts du 11 novembre ?

Le premier réflexe des marchés face à l’inquiétude provoquée par l’endettement des banques irlandaises et les problèmes de dette souveraine de la zone euro a été de s’éloigner du risque, et donc de vendre massivement sur le LME. Cela a provoqué une chute brutale des cours des non-ferreux. Mais les prix ont commencé à se reprendre, les acteurs du marché voulant profiter de prix plus bas que justifiés par les fondamentaux.

 

L’arrivée des fonds indiciels basés sur les métaux de base a-elle joué un rôle dans la baisse actuelle ?

N’étant pas encore lancés, on peut dire qu’ils sont innocents dans la volatilité actuelle.

 

Maintenez-vous les prévisions haussières du dernier « Metal Magnifier » (le mensuel de Barclays dédié aux métaux) paru début octobre ?

Bien sûr. Les fondamentaux sont solides, en particulier pour le cuivre. Certains métaux vont enregistrer des déficits l’an prochain, comme le cuivre et le nickel. Pour les autres, la demande s’est reprise plus vite qu’attendue.

 

Les nouvelles ouvertures de capacités de production risquent-elles de peser sur les cours du nickel ?

Selon moi, les prévisions de production du nickel sont sensiblement trop généreuses. Les nouveaux sites comme Goro en Nouvelle-Calédonie (Vale NC) ne sont toujours pas passés au stade de la production commerciale. Je reste sceptique sur la capacité des métallurgistes à maîtriser l’hydrométallurgie utilisée sur une part croissante des nouveaux projets.

 

Quel métal est le plus fragile ?

Le zinc a les plus fragiles fondamentaux. Si la demande est soutenue le rebond de la production a été bien plus puissant qu’attendu. De nombreuses mines fermées suite à la crise financière pourraient rouvrir, entraînant un surplus important du marché.

 

Propos recueillis par Daniel Krajka

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation