imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La chute des tarifs du fret sec en vrac ne ralentit pas

Le 31 janvier 2012 par Daniel Krajka


Alors que l’activité ralentit, un nombre pléthorique de nouveaux bateaux déprime les tarifs du transport maritime.


Depuis la fin de 2011, le Baltic Dry Index (BDI, indice composite du fret maritime sec en vrac) a perdu 61% de sa valeur. Tombé le 31 janvier à 680, il approche désormais son point bas, 660, touché au début de décembre 2008. Les tarifs pour les plus grands bateaux, les capesize, ont également été malmenés, chutant durant cette période de 56% à 1 447.

 

Conséquence : les tarifs d’affrètement des capesize transportant du minerai de fer continuent de décliner. Sur la route Australie-Chine (Port Hedland/Dampier-Qingdao), le tarif est tombé à 8,25 dollars par tonne, conte 10,50 dollars le 5 janvier. Dans le même temps, pour le trajet Brésil-Chine (Tubarão-Qingdao), le tarif est tombé de 25,50 dollars à 19,25 dollars. Mais la baisse pour les  supramax est plus modeste, 11,78 dollars contre 12,29 dollars sur le trajet Inde-Chine (Paradip-Vizag-Qingdao).

 

Les tarifs du fret ont été victimes en tout premier lieu de l’arrivée massive de nouveaux vraquiers, commandés avant la crise financière, quand le BDI était au plus haut. Et, selon Barry Rogliano Salles, le Nouvel An chinois ne va pas redresser la situation en ralentissant l’activité. D’autant, rappelle l’armateur, que pas moins de 1 536 vraquiers ont été commandés pour 2012 dont 50 super vraquiers (VLOC) et 161 capesize. 

 

Coincidence, le mineur brésilien Vale annonçait le 31 janvier que le port de Tubarão au brésil allait pour la première fois accueillir un VLOC capable de transporter 400 000 tonnes de minerai. La mise en service par le mineur d’une flotte de super vraquiers (http://indices.usinenouvelle.com/materiaux/matieres-premieres-industrielles/vale-assure-son-fret-maritime.3766), destinés à modérer les tarifs du fret sec en vrac, ne va surement pas contribuer à ralentir la chute actuelle desdits tarifs.

 

Voir le tableau du Baltic Dry Index, B0200


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -