imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les ferrailles replongent

Le 23 octobre 2013 par Daniel Krajka


Le rebond des prix de l'acier de récupération amorcé cet été s'est inversé sous le double effet de l'atonie de la sidérurgie et de la remontée de l'euro vis-à-vis du dollar.


C’est la rechute ! Le prix des ferrailles sur le marché français ont perdu une quinzaine d'euros par tonne en octobre. La courbe négative des prix, commencée en février 2013, s’est arrêtée en juillet. Un rebond d'une dizaine d'euros a même été enregistré en août et en septembre. En octobre, le recul est compris entre 13 et 20 euros et il touche toutes les régions et toutes les qualités. La fermeture des usines du sidérurgiste Riva dans le nord de l'Italie a déprimé la demande globale ainsi que la réfection d'un haut-fourneau de Vallourec, dans Valenciennois (Nord). 
 
Lors de la dernière décennie la demande de ferrailles avait crû tant en Chine que dans le reste du monde. Les deux zones avaient subi un léger recul de la consommation d'acier recyclé en 2012. En 2013, le reste du monde recule, alors que la demande s'est fortement appréciée dans l’Empire du Milieu, affichant une progression de 18% sur un an pour la période comprise entre janvier et août, indique Colin Hamilton de Macquarie. Une hausse qui n'a pas favorisé les recycleurs étrangers puisque les importations chinoises de ferrailles reculaient dans le même temps de 12%.  
 
Le premier marché mondial des ferrailles, la Turquie, s'est contracté, en raison de la faiblesse de l'activité de sa sidérurgie. La production d'acier en septembre a baissé de 1,2% à 3,015 Mt parr apport à la même période un an plus tôt, indique Worldsteel. Pour les 9 premiers mois de l'année la sidérurgie du pays n'échappe pas au recul généralisé (hors Chine et Inde) de la production de produits sidérurgiques, refluant de 5% à 25,819 Mt. Le mois d'octobre, qui a inclu les fêtes de l'Aïd, ne devrait pas enregistrer d'augmentation des volumes. 
 
Aux Etats-Unis, les prix de l'acier de récupération continuent d'évoluer depuis le début de l'année dans une fourchette limitée. Face à la réduction des exportations, c'est la bonne tenue de la demande locale qui a empêché une baisse des prix trop marquée. Les prix au Royaume-Uni ont dévissé d'une douzaine d'euros par tonne en octobre, subissant, comme en Europe, la faiblesse des ventes à l'étranger, en particulier de la demande de la sidérurgie turque.  
 
L'importance des monnaies 
 
En Asie, les aciéristes coréens ont profité de la faiblesse du yen par rapport au won pour s'approvisionner en ferrailles japonaises. Ce phénomène est également à l'œuvre en Europe et aux Royaume-Uni, dont les coûts sont en euros et en livres, mais qui vendent leurs produits en dollars. La faiblesse relative du dollar vis-à-vis des deux monnaies ont découragé les exportations. En novembre le marché et les prix devraient se stabiliser, estime le consultant indépendant Claude Platier. En décembre, comme chaque année, tout dépendra de la politique des entreprises, toujours désireuses de viser le zéro stock pour améliorer leurs bilans.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation