imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La sidérurgie chinoise en bout de course

Le 08 octobre 2014 par Daniel Krajka


Après deux décennies de croissance accélérée, la sidérurgie chinoise ne va plus croitre que modérément en pourcentage, même si les volumes additionnels qu'elle apporte au marché sont encore considérables.


Le prix du minerai de fer, poursuivant sa chute accélérée, est tombé à 80 dollars la tonne, son plus bas depuis cinq ans. La rapide augmentation de la production en Australie, et aussi au Brésil, décidée par les trois géants du secteur, Vale, Rio Tinto et BHP Billiton, a submergé un marché désormais en fort surplus. Cet afflux de matière a correspondu à un ralentissement de la croissance de la production d'acier en Chine. Produisant près de la moitié de l'acier mondial et consommant plus de 70% du minerai de fer extrait, la sidérurgie chinoise joue toujours un rôle primordial sur ce marché. 
 
Lors d'une présentation aux investisseurs – suivie d'une visite de ses gisements du Pilbara – BHP Billiton, la première compagnie minière mondiale, a rappelé son ambition de devenir le fournisseur de la Chine en minerai de fer aux coûts totaux, incluant les dépenses d'investissement, les plus bas. Le numéro un mondial de la mine compte développer pour un investissement minimum une capacité annuelle de 290 millions de tonnes (Mt) de minerai de fer. Toutefois, note l'analyste de Macquarie Colin Hamilton, le plus surprenant dans cette présentation est la confiance avec laquelle Michiel Hovers, le vice-président de la commercialisation, en charge du minerai de fer, affirme que la production chinoise d'acier va continuer de croître à un rythme soutenu.  
 
Depuis dix ans, rappelle Hamilton, la question de la fin de l'augmentation de la production d'acier en Chine, du Peak Steel, est centrale pour ceux qui s'interrogent sur le devenir du marché du minerai de fer. BHP table sur un pic de production d'acier en Chine de 1,1 milliard de tonnes d'ici à 2025. Un volume en retrait par rapport à sa prévision précédente, mais sensiblement supérieure aux attentes de l'analyste de la banque australienne et de beaucoup de ses collègues. Ces prévisions correspondraient à une hausse moyenne de 2,5% à 3% jusqu'en 2030. La production mondiale d'acier bondirait donc de 50% en 16 ans, de 1,6 milliard de tonnes actuellement à 2,5 milliards de tonnes en 2030. Le même jour, Worldsteel avait revu à la baisse ses attentes de croissance de la consommation d'acier à 2% en 2014 et 2015. 
 
Michiel Hovers admet un ralentissement de la production dans le monde, mais il affirme qu'il sera modéré. La Chine ne représentera toutefois pas plus d'un tiers d'une production additionnelle annuelle de 50 Mt entre 2015 et 2030 contre 59 Mt pour la période 2000-2015. Le volume d'acier accumulé par habitant devrait doubler d'ici à 2030, explique BHP, se basant sur l'histoire des pays industrialisés. Pour Macquarie cependant, la meilleure utilisation de l'acier – allégement, optimisation de la conception… – fait que les besoins cumulés d'acier en Chine n'atteindront pas les niveaux des grands pays industrialisés. 
 
Pour améliorer sa productivité La Chine devra augmenter son utilisation des machines-outils et des équipements mécaniques, ce qui se traduira par une progression de sa consommation d'acier. Pour augmenter la production agricole, la demande d'équipements agricoles tirera également la demande d'acier. L'immobilier continuera d'ajouter à la demande d'acier, mais à un rythme plus modéré. La poursuite de l'urbanisation, l'augmentation des surfaces par habitant et la plus grande hauteur des nouveaux immeubles sont des facteurs favorables à la demande d'acier. 
 
 
Les exportations chinoises d'acier ont fortement augmenté en 2014. Le gouvernement chinois qui réorganise sa sidérurgie estime que les ventes à l'étranger n'améliorent pas la rentabilité du secteur et ne sont qu'une solution temporaire à ses surcapacités. 
 
La croissance moyenne de la production d'acier en Chine, prévue par BHP – +50% en 16 ans –, n'est pas exceptionnelle en pourcentage, note Macquarie. En volume cependant, ce sont 49 mt qui seraient ajoutés chaque année à l'offre mondiale, pratiquement la moitié de la production de la sidérurgie japonaise. Un volume considérable, mais, rappelle l'analyste, personne n'attendait il y a 15 ans la production mondiale au niveau où elle est aujourd'hui. 
 
La part des aciéries électriques utilisant des ferrailles pour produire de l'acier, environ 15%, est la plus basse parmi les grands pays sidérurgistes. Une faiblesse qui reflète la faible disponibilité des scraps dans un pays neuf. La rapide croissance des industries manufacturières augmentera les stocks de ferrailles disponibles, explique BHP. A long terme, la croissance de l'utilisation des ferrailles devrait dépasser celle de la production d'acier. Un mouvement irrésistible qui se traduira par une baisse de la demande de fonte, et donc de la consommation de minerai de fer. 
 
 
Hors Chine, la consommation mondiale de produits sidérurgiques, autour de 800 Mt, stagne depuis la grande  crise financière et n'a pas retrouvé ses niveaux de 2006-2008. Si depuis 2000 la consommation s'apprécie dans les pays émergents,  elle a stagné en Europe et reculé au Japon et plus encore aux Etats-Unis. Les pays asiatiques de l'ASEAN vont compenser la faiblesse des sidérurgies des pays industrialisés. Toutefois, met en garde Colin Hamilton, les exportations chinoises d'acier pourraient bien concurrencer les sidérurgies de ces pays sur leurs marchés intérieurs. 
 
A court terme, les prudentes prévisions de Worldsteel pourraient se révéler trop optimistes, estime Colin Hamilton. Le ralentissement de la construction fragilise fortement la demande d'acier en Chine. Hors Chine, depuis deux mois les productions industrielles du Japon, de l'Europe et même de la Corée ralentissent fortement et, à l'exception des Etats-Unis le mouvement de restockage d'acier semble terminé.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation