imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La sidérurgie a un avenir si elle sait s'adapter

Le 24 avril 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  M√©taux ferreux


Malgré des surcapacités qui plombent leurs résultats, les sidérurgistes devront progressivement adapter leur appareil de production à une demande en perpétuelle évolution.


La production mondiale d'acier affiche une croissance de 2,5% au premier trimestre 2014, rapporte Worldsteel, soit une progression moindre que les 3,5% de hausse de 2013. Dans sa derni√®re √©tude sur la sid√©rurgie en 2014, "Planning to profit from opportunity, preparing for future demand", le consultant EY pr√©voit une acc√©l√©ration de la demande d'acier qui devrait cro√ģtre de 3,3%. Cette demande additionnelle devrait venir des grands march√©s √©mergents, Inde, Br√©sil, Russie, ainsi que du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.¬†
 
 
Tous les secteurs importants de la demande d'acier devraient augmenter leur consommation. Le BTP, tant r√©sidentiel que pour la construction d'infrastructures, b√©n√©ficie de la poursuite de l'urbanisation; la construction automobile se poursuivra √† un rythme √©lev√© ‚Äď de 5% √† 11% annuellement jusqu'en 2016 ‚Äď, en Chine, bien s√Ľr, mais √©galement aux Etats-Unis, au Br√©sil et au Japon. La consommation de tubes par les industries extractives d'hydrocarbures b√©n√©ficiera d'un investissement annuel moyen de ce secteur de 657 milliards de dollars. ¬†
 
La Chine qui continue de produire et de consommer pr√®s de la moiti√© de l'acier mondial joue toujours un r√īle d√©terminant dans la sid√©rurgie, confirme le responsable de l'analyse acier d'EY, Anjani Agrawal. " L'√©conomie chinoise est toujours un facteur d√©terminant pour le march√© global de l'acier √† moyen et long terme. Si l'urbanisation se poursuit, accompagn√© par une solide croissance int√©rieure et une classe moyenne en augmentation, sa demande va muter vers des produits de consommation plus sophistiqu√©s comme l'automobile et l'√©lectrom√©nager, ce qui profitera aux sid√©rurgistes avec des produits √† forte valeur ajout√©e", explique Anjani Agrawal.¬†
 
Toujours les surcapacités
 
Si certaines surcapacit√©s sont appel√©es √† √™tre ferm√©es durant cette d√©cennie, les projets d'ouvertures de nouvelles usines d'ici √† 2020 ne vont gu√®re contribuer √† r√©soudre un probl√®me qui p√®se lourdement sur la profitabilit√© des sid√©rurgistes. Selon le consultant, ce sont pas moins de 300 millions de tonnes (Mt) de capacit√©s qui devront √™tre ferm√©es pour permettre au groupe d'atteindre un niveau de rentabilit√© p√©renne qui rebondirait de moins de 80% (79% en mars 2014, selon Worldsteel) √† plus de 85%. Une politique difficile √† mettre en Ňďuvre en raison des cons√©quences sociales qu'elle ne peut manquer d'entrainer. En attendant, le march√© mondial affiche toujours des surplus. EY table cependant sur une baisse, de 21 Mt en 2013, le surplus devrait tomber √† 7 Mt en 2014. En Chine, de 2010 √† 2014, environ 100 Mt de capacit√©s obsol√®tes auront √©t√© ferm√©es ce qui n'a pas emp√™ch√© les capacit√©s du pays d'augmenter de 235 Mt. Deux facteurs devraient entrainer une plus rapide restructuration de la sid√©rurgie chinoise: une politique du cr√©dit plus restrictive et la fin de l'utilisation des stocks comme collat√©ral pour effectuer des emprunts. ¬†
 
 
Les sid√©rurgistes ne subissent pas que la pression des surcapacit√©s, note l'√©tude, ils doivent faire face au vieillissement de leurs outils qui va provoquer une hausse des co√Ľts de maintenance et √† l'augmentation attendue du co√Ľt du travail. Les gains de productivit√© continue de se r√©duire, min√© par l'√Ęge des usines et une utilisation des capacit√©s loin d'√™tre optimale, alors que les taux d'int√©r√™t ne peuvent que s'appr√©cier. De plus, souligne EY, les √©carts de co√Ľts entre les sites ne cessent de se r√©duire. Environ 85% des capacit√©s de production de lamin√©s √† chaud ont des co√Ľts compris dans une fourchette de 100 dollars par rapport aux sites les moins performants et 46% dans une fourchette de 50 dollars.¬†
 
Une situation qui peut √©voluer tr√®s vite et qui souligne que les sid√©rurgistes avec actuellement les meilleurs r√©sultats ne sont pas √† l'abri d'une √©volution rapide de leurs march√©s. "L'√©volution des subventions √©tatiques, de l'efficacit√© op√©rationnelle, des co√Ľts du capital et la capacit√© √† g√©rer la volatilit√© des prix des mati√®res premi√®res et des monnaies peuvent toutes rapidement modifier la comp√©titivit√© d'un sid√©rurgiste sur le march√©", souligne Agrawal.¬†
 
"La rentabilité de l'industrie de l'acier par sa nature très capitalistique souffre plus que d'autres industries de sa dépendance aux aléas de la conjoncture économique", rappelle Anjani Agrawal. Il souligne que "l'industrie de l'acier devra revoir son portefeuille de produits et de marchés en vue de viabiliser le niveau des investissements toujours élevé, condition du progrès et de l'innovation". "Avec un niveau élevé d'endettement et une profitabilité réduite, les options de consolidation sont limités", pointe Mike Elliott, le responsable mines et métaux d'EY. La politique d'acquisition de mines pratiqué par certains sidérurgistes, pour faire face à la hausse de leurs intrants et sécuriser leurs approvisionnements, semble devenue moins attractive, note Bob Stall, un associé du consultant. La fin de la hausse des prix des minerais devrait inciter les sidérurgistes à déterminer clairement leur métier: producteur d'acier ou producteur et de minerai. 
 
Les sid√©rurgistes continuent de maximiser leurs r√©ductions de co√Ľts, d'am√©liorer leur productivit√© et de se concentrer sur les produits √† plus haute valeur ajout√©e. Toutefois, note le rapport, la comp√©tition sur ces produits va s'amplifier et ce sont les sid√©rurgistes qui seront les plus √† m√™me de "r√©pondre le plus rapidement et le plus agilement aux futures opportunit√©s qui cr√©ent un nouveau march√© ou offrent de meilleures marges qui seront les mieux plac√©s pour survivre", note Anjani Agrawal. Pour r√©ussir, les sid√©rurgistes devront d√©terminer comment optimiser et cr√©er un nouveau mix de produits et d√©cider d'investir dans de nouveaux march√©s g√©ographiques.¬†
 
Selon les responsables du rapport, 2014 pourrait bien être une année charnière pour la sidérurgie mondiale. Dès 2015, le secteur pourrait profiter de nouvelles opportunités offertes par l'évolution de la demande. EY se montre optimiste pour l'avenir des producteurs d'acier qui devraient profiter de la reprise de la croissance de l'économie mondiale, à condition de savoir s'adapter à une demande en perpétuelle évolution.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicit√©- Conditions g√©n√©rales d'utilisation