imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La métallurgie chinoise en difficulté

Le 08 avril 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  M√©taux ferreux


La Chine est plus que jamais l'acteur majeur, de la demande comme de l'offre, de l'ensemble des métaux et des minerais. Son changement de modèle de développement a secoué les marchés. 


Fin mars, les analystes de Macquarie Commodities se sont rendus dans six villes chinoises, visitant plus de trente entreprises travaillant dans le cuivre, l'aluminium, le nickel et l'acier. Le climat général était baissier, note Graham Train, un des analystes, les responsables pointant en particulier le resserrement du crédit. 
 
Les perspectives semblent favorables dans la construction, en raison du dynamisme de l'activit√© dans les villes de deuxi√®me rang car les commandes reculent dans les quarante villes les plus importantes. Les villes plus petites disposent encore d'importantes surfaces de terrains √† b√Ętir et devraient b√©n√©ficier de la poursuite de l'immigration rurale. La croissance de la demande de produit blancs a ralenti, tir√©e aujourd'hui par le remplacement et la mont√©e en gamme mais la demande de climatiseurs est toujours forte. Les exportations de ces produits se maintiennent √† un niveau √©lev√©. Dans la construction de machines, l'activit√© est ralentie par le durcissement du cr√©dit. Les immatriculations automobiles devraient poursuivre leur croissance, mais √† un rythme inf√©rieur aux 14% de l'ann√©e pr√©c√©dente.¬†
 
La consommation d'énergie devrait augmenter de 7% en ligne avec un PIB attendu en hausse de 7 à 7,5%. La construction de capacités de production d'énergie va se poursuivre à un rythme élevé, malgré un ralentissement pour les centrales à charbon et l'hydroélectricité. Les investissements dans le réseau électrique devraient encore bondir de 13%, entrainant une hausse de 8 à 10% de la consommation de cuivre. 
 
La demande de cuivre se redresse
 
La majorité des acteurs du marché du cuivre rencontrés par les analystes de Macquarie étaient baissiers sur le cuivre, attendant un cours évoluant entre 6 000 et 7 000 dollars, certains craignant même une chute vers les 5 500 dollars fin 2014. Selon eux, la chute des cours a été accentuée par un mouvement de panique mais reflète bien les fondamentaux du marché en Chine. La consommation de cuivre raffiné dans le pays devrait progresser de 6,4% en 2014 à 9,7 millions de tonnes (Mt), rapporte Graham Train. La production devrait augmenter de 11% à 6,94 Mt, tirée par une hausse de 13% de la production de métal primaire qui permettra de réduire les importations de cathodes de 8% à 2,7 Mt. 
 
Les producteurs de fils et de c√Ębles ont confirm√© le redressement du march√© alors que les grands producteurs de c√Ębles pour les r√©seaux √©lectriques augmentent sensiblement le taux d'utilisation de leurs capacit√©s. Les fabricants de sous-produits subissent les cons√©quences du durcissement du cr√©dit et de la hausse des taux d'int√©r√™t bancaires. Les entreprises du secteur souffrent √©galement d'une hausse trop rapide des nouvelles capacit√©s: 2 Mt de nouvelles capacit√©s ont √©t√© construites l'an dernier, 1,5 Mt devraient l'√™tre en 2014..¬†
 
Faiblesse de la demande d'acier et de ses intrants
 
Dans le Hebei, quatre sidérurgistes visités ont indiqué qu'à la faiblesse de la demande s'ajoutait pour eux la volonté des autorités de réduire drastiquement la pollution. La demande de produits pour la mécanique et l'automobile est mieux soutenue que celle d'acier de commodité. Pour l'ensemble de l'année, ils attendent une croissance modeste, voire un reflux. Dans le Hebei, tous les sidérurgistes sont touchés par les réductions de production, même les plus importants et ceux qui appartiennent à l'Etat. Les groupes, qui ont fortement réduit leurs stocks de minerai de fer, ont, pour beaucoup, plongé dans le rouge. Les gouvernements locaux toutefois veillent à assurer leurs financements par les banques. Leurs clients ne les paient plus cash, mais avec des délais de trois à six mois, ce qui pèse sur leurs trésoreries. Les mises en faillites et les fermetures définitives de capacités se sont multipliées, ce qui a conduit les responsables d'usines les plus optimistes à attendre une amélioration globale de la sidérurgie en 2015. 
 
Le nickel brille
 
De tous les métaux c'est actuellement le nickel qui bénéficie des meilleurs fondamentaux, s'accordent tous les acteurs du marché. Selon le consultant Antaike, la production chinoise de fonte de nickel va sensiblement diminuer après le mois de mai, suite à l'arrêt des exportations indonésiennes de minerai. Malgré une hausse à un chiffre de la production d'acier inoxydable, la demande de nickel pour ce secteur devrait bondir de 12% à 790 000 tonnes en 2014 en raison du succès des séries 300, riches en nickel. L'unique producteur chinois, qui investit dans une fonderie de nickel en Indonésie, n'attend pas de démarrer sa production avant 2017. Le marché restera donc très tendu pendant plusieurs années. 
 
Les alumineries en souffrance
 
Pour la première fois depuis dix ans, la demande d'aluminium a été étale, voire en baisse, au cours du premier trimestre 2014, estime le consultant CRU. Alors que la consommation de l'ensemble des secteurs est en baisse, seule l'industrie automobile affiche une progression. Plus de la moitié des alumineries sont aujourd'hui dans le rouge rappelle la banque australienne, ce qui entraine la multiplication des fermetures d'usines. 1,2 Mt de capacités ont été fermées l'an dernier, et déjà 0,7 Mt en 2014. Le pouvoir central a interdit aux provinces de soutenir les alumineries, ce qui devrait entrainer de nouvelles fermetures. 
 
L'arrêt des exportations indonésiennes va toucher durement la filière aluminium en Chine. En 2013, l'Indonésie avait exporté 47 des 70 Mt achetées par la Chine. Si quelques grands groupes, comme Weiqiao, disposent de plus d'un an de réserves, d'autres devront trouver rapidement des alternatives. Construisant déjà une raffinerie de 1 Mt d'alumine en Indonésie, Weiqiao espère pouvoir exporter 12 Mt de bauxite vers la Chine.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicit√©- Conditions g√©n√©rales d'utilisation