imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La croissance de la demande d'acier ralentit

Le 07 octobre 2014 par Daniel Krajka


Malgré une demande soutenue dans les pays industrialisée, il a suffi d'un ralentissement de la consommation d'acier en Chine pour que la croissance de la demande mondiale ralentisse.

 

"La dynamique positive de la demande globale d'acier perçue au deuxième semestre 2013 s'est modérée en 2014 avec des résultats plus faibles qu'attendus dans les économies émergentes et en développement", a résumé le président du comité économique de Worldsteel, Hans Jürgen Kerkhoff. L'organisme a en conséquence revu à la baisse ses précédentes prévisions, publiées en avril dernier, de demande d'acier tant pour 2014 que pour 2015.

 

Après une hausse de la consommation mondiale d'acier de 3,8% en 2013, le rythme de croissance ralentira à 2% en 2014 et 2015 pour atteindre respectivement 1 562 millions de tonnes (Mt) et 1 594 Mt.  La principale cause de ce ralentissement est le rééquilibrage de la croissance chinoise en faveur de la consommation. Le refroidissement de l'immobilier et la réduction des investissements dans les infrastructures se conjugueront pour faire chuter l'augmentation de la consommation apparente à 1% en 2014 (748,3 Mt) et à 0,8% l'année suivante (754,3 Mt). La part de la Chine dans la demande mondiale devrait même se réduire de 48,4% en 2013 à 47,3% en 2015.

 

Les autres grands pays émergents devraient également afficher des croissances de la demande d'acier très faibles, voire négatives. En Amérique Centrale et du Sud, la consommation, revue en baisse, va chuter de 2,4% en 2014 à 48 Mt avant de se reprendre légèrement à 49 Mt l'année suivante. Le Brésil va en particulier afficher une baisse de 4,1% en 2014, subissant à la fois une inflation importante, une monnaie surévaluée, des coûts élevés du travail et des problèmes d'infrastructures, explique l'organisme.

 

Le conflit entre l'Ukraine et la Russie fragilise la demande d'acier dans les deux pays. En Russie, la consommation d'acier ne va s'apprécier que de 0,5% à 43,2 Mt en 2014 et de 1,1% à 43,7 Mt en 2015. Le conflit se déroule dans l’est de l'Ukraine où sont situées les principales capacités de la filière acier, la demande dans le pays devrait chuter de 19% en 2014.

 

Seul marché émergent montrant des signes de bonne activité, l'Inde devrait afficher une demande d'acier en hausse régulière, de 3,4% en 2014 à 76,2 Mt et de 6% l'année suivante.

 

Une demande plus dynamique dans les pays développés

 

Après un repli de 0,4% en 2013, la demande apparente des Etats-Unis devrait rebondir de 6,7% en 2014 à 102,2 Mt, tirée par la forte activité dans l'industrie automobile et dans l'énergie. La progression devrait ralentir en 2015 à 1,9%. Soutenue par la politique économique du gouvernement, la demande devrait progresser de 2,3% en 2014 à 66,8 Mt. Cependant, une nouvelle hausse de la fiscalité sur la consommation devrait inverser la tendance et participer à un reflux de 1,5% en 2015.

 

Après une hausse poussive de 0,8% en 2013, la demande apparente de l'Union Européenne devrait bondir de 4% en 2014 à 145,9 Mt. La hausse sera particulièrement marquée au Royaume-Uni et en Pologne. En 2015, le rythme de croissance devrait ralentir, fragilisé par les tensions géopolitiques à 2,9%. La demande allemande devrait s'apprécier de 3,2% en 2014 et de 2,3% l'année suivante.

Voir la version pdf

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation