imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Toujours plus de blé à l’horizon

Le 22 octobre 2014 par Franck Stassi


Le record de production de blé atteint lors de la campagne 2013-2014 pourrait être battu l’an prochain, tandis que l’Union européenne pourrait prendre la tête des exportateurs mondiaux.


"Les prix du blé sont à leurs plus bas niveaux depuis de nombreuses années", constate Commerzbank. Ceux-ci sont passés, au cours du troisième trimestre, sous la barre des 500 dollars par boisseau à Chicago, avant de se reprendre. Ces prix bas sont liés à la forte offre mondiale qui se profile. Le département américain de l’Agriculture (USDA) a estimé le 10 octobre que la production mondiale de blé atteindrait désormais 721 millions de tonnes (Mt) à l’issue de la campagne 2014-2015, en hausse de 0,8% sur un an.
 
"Les récoltes de l’Union européenne et des pays de la région de la Mer Noire seraient meilleures que prévu", explique Commerzbank. La production européenne gagnerait 7,5%, à 153,98 Mt. En Russie, les récoltes s’apprécieraient de 12,2 % à 59 Mt, et de 9,9% en Ukraine à 24,5 Mt. Les indicateurs de qualité des blés d’hiver américains se sont améliorés au cours des dernières semaines. Par ailleurs, les craintes quant à la survenue d’un phénomène climatique El Niño s’apaisent. S’il survenait d’ici à la fin de l’année, celui-ci serait "au plus de faible intensité".
 
A l’avenir, "les exportations européennes devraient rester satisfaisantes, et les fortes différences de qualité ne devraient avoir qu’un effet temporaire à la bourse de Paris", indiquent les analystes de Commerzbank. Le premier producteur européen de blé est actuellement en proie à des problèmes de pré-germination d’une partie de ses récoltes, qui empêchent la panification. L’Union européenne pourrait ravir l’an prochain aux Etats-Unis le rang de premier exportateur mondial de blé, d’après les chiffres de l’USDA, en raison d’une baisse des ventes américaines à l’étranger.
 
Malgré ces perspectives, la banque allemande prévoit néanmoins une légère hausse au cours du quatrième trimestre, à 510 dollars par boisseau à Chicago et à 180 euros par tonne à Paris compte tenu de la hausse de la demande et du faible niveau des stocks aux Etats-Unis et dans l’Union européenne.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation