imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les bioplastiques, un débouché prometteur pour la filière sucrière

Le 28 janvier 2014 par Franck Stassi
* Mots clés :  Produits agricoles


La croissance attendue de la demande en sucre pour la fabrication de bioplastiques pourrait bénéficier à la filière.


"Les bioplastiques suscitent l’intérêt de deux familles d’entreprises du secteur de l’agroalimentaire et des produits agricoles : ceux qui veulent conditionner leur nourriture et leurs boissons et ceux qui veulent fournir les matières premières pour le faire", explique Paul Bosch, analyste chez Rabobank, dans un rapport cosigné avec Ruud Schers et Suzanne Pera.
 
Les bioplastiques peuvent être produits à partir d'huiles de sucre ou de légumes. De 110 000 tonnes en 2013, la demande en sucre pour la fabrication de bioplastiques devrait passer à 1,2 million de tonnes en 2020. Cette progression ouvre de nouvelles opportunités aux producteurs européens, qui se préparent à la fin des quotas sucriers en 2017. "Il y a, en Europe, des producteurs très compétitifs qui peuvent produire plus, mais les prix vont baisser de façon importante", indique dans un entretien accordé à usinenouvelle.com le chef de l’unité Modélisation agricole et prévisions à la Direction générale de l’agriculture et du développement rural de la Commission européenne, Pierluigi Londero.
 
Le chiffre de 1,2 million de tonnes en 2020 se fonde notamment sur les objectifs que se sont fixés certains industriels, parmi lesquels Coca-Cola qui compte utiliser, à cette date, 100 % de bioplastiques pour ses bouteilles. D’autres industriels déjà actifs dans ce domaine, comme PepsiCo ou Nestlé, pourraient engager des efforts similaires. Un des défis de la filière est de parvenir à concevoir des bouteilles entièrement fabriquées à partir de matériaux d’origine végétale. Cette proportion est actuellement de 30 % dans le cas de la bouteille en Bio-PET.
 
"Les stratégies d'exécution doivent être soigneusement définies", rappellent les analystes de la banque néerlandaise, pour qui la croissance des bioplastiques sera essentiellement portée par l’emballage. Les groupes sucriers peuvent ainsi jouer un rôle central dans la chaîne de fabrication des bouteilles en passant des accords avec les agriculteurs et les producteurs d’éthylène, et en nouant des partenariats avec les fabricants de boissons, qui peuvent également être des acheteurs de sucre.
 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -