imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le transport maritime, nerf de la guerre du commerce floricole

Le 29 janvier 2015 par Franck Stassi
Rivière de fleurs
Rivière de fleurs
Google

L’étude des flux de transport de marchandises par voie maritime permet de découvrir les nouvelles réalités du commerce mondial des fleurs. Deuxième exportateur mondial de fleurs coupées, la Colombie développe ses exportations par voie maritime, un choix étonnant pour des produits pourtant fragiles.

 

Deuxième exportateur mondial de fleurs coupées, la Colombie était, en 2013, à l’origine des plus importantes commandes de containers pour son commerce. A lui seul, le pays a diligenté 700 containers dans le seul but d’alimenter le Royaume-Uni ! 15% du total des fleurs coupées colombiennes sont acheminées par ce moyen, historiquement réservé à des produits à la durée de vie plus longue, tels que les bulbes ou les feuillages. "La hausse du transport des produits de la floriculture par mer semble être imparable, ce mode d’acheminement étant sensiblement moins cher que le transport aérien", précise la banque néerlandaise Rabobank.

 

En termes de ventes, l’hégémonie néerlandaise sur le marché mondial de la floriculture tend par ailleurs à se réduire. La part de marché des Pays-Bas à l’export sur les fleurs coupées est passée de 58% en 2003 à 52% en 2013, tandis que la part de marché de la Colombie (15% en 2013), de l’Equateur ou encore du Kenya s’appréciait dans le même temps, comme en atteste le graphique ci-dessous. Ces pays, qui produisent des fleurs "de bonne qualité", bénéficient de structures de coûts moindres. Rabobank conseille aux producteurs néerlandais de se recentrer sur des produits de niche, et de développer des filiales à l’international.

 

A l’avenir, la maîtrise de la chaîne d’approvisionnement constituera le nerf de la guerre sur le marché mondial de la floriculture, d’où la nécessité pour les acteurs du secteur de s’appuyer sur des infrastructures plus performantes tout en renforçant parallèlement leurs contrôles qualité afin de satisfaire des consommateurs toujours plus exigeants.


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -