imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le lait, nouvelle marotte d'Euronext

Le 22 janvier 2015 par Franck Stassi
Verres de lait
Verres de lait
Commission européenne

A l'occasion de la fin des quotas laitiers européens, Euronext poursuit son repositionnement sur les marchés de matières premières avec de nouveaux produits.

 

"En tant que principal opérateur de la zone euro, Euronext est parfaitement positionné pour répondre aux besoins de l’industrie laitière à ce tournant stratégique de son histoire, avec la fin des quotas laitiers européens. Nous proposons ainsi une solution complète sur les produits laitiers à la filière", estime le directeur des matières premières de l’opérateur boursier, Olivier Raevel. A l’occasion de la fin des quotas laitiers dans l’Union européenne, le 31 mars prochain, l’entreprise lance son "complexe laitier", une offre dédiée au lait écrémé en poudre, à la poudre de lactosérum et au beurre.

 

Destinés à répondre aux demandes naissantes d’outils de gestion du risque de prix et des marges, ces nouveaux contrats à terme et options seront commercialisés dans un contexte d’extinction progressive des quotas européens qui avaient été initiés, pour le lait, en 1984. Ces outils apporteront "au marché international un ensemble d’outils permettant de répondre à l’harmonisation des prix des produits laitiers en Europe", ajoute Michel Portier, directeur général de la société de conseil en gestion des risques agricoles Agritel, sur laquelle Euronext s’est appuyé pour ce lancement. D’après Agritel, la production laitière européenne s’apprécierait de 2% en moyenne entre 2015 et 2020, avec des pics à 12% en France, 16% aux Pays-Bas et 20% en Allemagne.

 

Une première tentative sur la poudre de lait avait échoué en 2011. "L’intérêt s’est accru au cours des dix-huit derniers mois, y compris de la part d’opérateurs pan-européens et néo-zélandais. La situation est totalement différente", assure Nicholas Kennedy, directeur du développement Matières premières chez Euronext.

 

Avec ces nouveaux produits, Euronext poursuit son repositionnement sur les marchés de matières premières. Après avoir fêté le vingtième anniversaire de son contrat sur le colza, l’entreprise a étendu en novembre dernier sa gamme au tourteau et à l’huile de colza. Il s’agit pour l’opérateur boursier de regagner de l’influence sur ce secteur, après avoir été affecté par sa scission, en 2014, avec ICE. Une partie de ses équipes dédiées aux commodités travaille désormais pour la société américaine.



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -