imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La tension se relâche

Le 25 mars 2010 par Pascal Coesnon
* Mots clés :  Societe Generale

Après avoir touché près de 30 cents sur l'InterContinental Exchange en début d'année, au plus haut depuis 1981, la livre de sucre non raffiné s'est effondrée à 18,66 cents en fin de semaine dernière. Une « situation d'autant plus surprenante que le marché est toujours en déficit », s'interroge le Mouvement pour une organisation mondiale de l'agriculture (Momagri), pour qui l'évolution des cours ne peut s'expliquer à partir d'une simple analyse de l'offre et de la demande physiques.

Pourtant, indique Sudakshina Unnikrishnan, de Barclays Capital, l'annonce faite par l'Union européenne d'autoriser la vente d'ici à juillet de 525 000 tonnes de sucre en plus de ses quotas d'exportation a fortement pesé sur les prix. Après une année noire, la reprise attendue des productions brésilienne et indienne, les deux principaux acteurs du marché, explique aussi ce retournement, renchérit la Société générale, qui anticipe un surplus de 2,5 millions de tonnes pour la campagne 2010-2011, après deux années déficitaires. Les cours pourraient ainsi chuter autour de 12 cents en 2011, un niveau proche des coûts de production du sucre brésilien.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation