imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La Chine se sucre

Le 23 avril 2009 par Rédaction L'Usine Nouvelle
* Mots clés :  Chine, Produits agricoles

Après une campagne 2008-2009 médiocre, la production sucrière chinoise devrait repartir à la hausse.



La production chinoise de sucre devrait atteindre seulement 13,5 millions de tonnes (Mt) lors de la campagne 2008-2009, estime l'US Department of Agriculture (USDA), un déclin de 15 % par rapport à la saison précédente. Une chute que le département américain attribue à une baisse des rendements consécutive à un début d'année 2008 particulièrement rigoureux et à un été inhabituellement pluvieux et froid. Selon le dernier rapport de l'USDA, la production devrait se reprendre en 2009-2010 pour atteindre 14,5 Mt, dont 13,4 Mt provenant de la culture de la canne à sucre et 1,1 Mt de la betterave.

Les surfaces emblavées en canne à sucre devraient se stabiliser la saison prochaine à 1,62 million d'hectares, soit 87 % des surfaces consacrées à la production de sucre, dont 60 % dans la seule province de Guangxi. Afin d'inciter les agriculteurs à planter davantage, les transformateurs ont augmenté leur prix d'achat de la canne entre 2004 et 2007. Malgré une production record lors de la campagne 2007-2008, le prix d'achat, qui n'est qu'indicatif, n'a cependant pas baissé, restant étale l'année suivante. En 2008-2009, celui-ci atteignait en moyenne 35,5 dollars par tonne dans les quatre principales provinces productrices : Guangxi, Yunnan, Guangdong et Hainan. De fait, lors de la campagne 2008-2009, l'industrie sucrière a été obligée de rogner sur ses marges suite à l'effondrement des cours et à la hausse du prix des intrants et de la main-d'œuvre. Le coût de production dans le Guangxi est ainsi passé de 471 dollars par tonne de sucre en 2007-2008 à 478 dollars la saison suivante. De son côté, la tonne de betterave se négociait dans le Xinjiang, le premier producteur local, à 46,3 dollars, selon le Guangxi Sugar Market.

Au début de la campagne 2008-2009, avec un prix du sucre raffiné inférieur aux coûts de production, les industriels ont pressé le gouvernement central d'acheter une partie de la production pour la stocker dans les réserves d'Etat. Ainsi, l'achat de 2,8 Mt a été planifié par la commission au Plan et la Banque populaire de Chine en décembre 2008. En janvier dernier, 800 000 tonnes supplémentaires ont été retirées du marché, à la demande des ministères du Commerce et des Finances et de la commission au Plan, au prix de 485 dollars par tonne.

Avec une consommation estimée à 15,4 Mt en 2009-2010 (+5 % par rapport à la campagne précédente), la Chine devrait importer environ 900 000 tonnes, soit 250 000 tonnes de plus qu'en 2008-2009. En 2008, le quota tarifaire atteignait 1,95 Mt taxé à 15 %, et à 50 % hors quotas. Suite au ralentissement de l'économie mondiale, les importations chinoises de sucre brut ont chuté de 18 % en 2008-2009, à 470 000 tonnes, et de 55 % pour le sucre raffiné, à 180 000 tonnes. Lors de l'accession de la Chine à l'Organisation mondiale du commerce, un accord prévoyait que 30 % du quota tarifaire étaient réservés aux entreprises commerciales privées et 70 % aux entreprises d'Etat. Tous les ans, la Chine importe 450 000 tonnes de sucre brut de Cuba selon un accord bilatéral signé dans les années 1950.

Pascal Coesnon


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation