imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La baisse de l'indice des prix des céréales cache des incertitudes sur le maïs

Le 05 mars 2015 par Franck Stassi


La nouvelle baisse de l’indice des prix des céréales cache des interrogations sur l’évolution des prix du maïs, dont les perspectives sont remises en cause par un consultant spécialisé.

 

L’indice des prix des céréales de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a perdu 3,2% entre les mois de janvier et de février, à 171,7. Il figure parmi les catégories en recul de l’indice des prix alimentaires qui a de nouveau baissé en février, à 179,4,pour le dixième mois consécutif.

 

Pour la FAO, les perspectives s’annoncent rassurantes sur le front des céréales. Elle a revu à la hausse son estimation mondiale de production pour la campagne 2014-15, à 2541,8 millions de tonnes (Mt). "Le blé d'hiver 2015 est déjà en phase de développement ou sur le point de sortir de dormance dans l'hémisphère Nord, qui représente l'essentiel de la production mondiale, et les emblavages de printemps sont en cours dans certains pays", souligne l’organisation. Les stocks de clôture s’élèveraient pour leur part à 630,5 Mt, en hausse de 1,7% par rapport à la précédente estimation et de 20,6% par rapport à la campagne 2013-14.

 

La FAO fait également part d’une baisse des prix du maïs. Le consultant français Offre et demande agricole (ODA) s'est quant à lui estimé sceptique, ce 5 mars, quant aux perspectives d’un marché baissier sur cette céréale. "Le marché a peu de potentiel de baisse. Tout le monde pense qu’il y a assez de maïs partout, sauf nous !", relève le président-fondateur d’ODA, Renaud de Kerpoisson. La forte dévaluation de la monnaie ukrainienne, la Hryvnia, devrait pénaliser le pouvoir d’achat des agriculteurs locaux et pénaliser les achats d’intrants de cet exportateur majeur. Aux Etats-Unis, les surfaces cultivées reculeraient. In fine, ODA prévoit à l’échelle mondiale un rendement de 72,9 quintaux par hectare en 2015 (contre 76,8 en 2014) et une production de 69,7 Mt, en recul de 5,9%.

 

La FAO est en revanche davantage pessimiste quant à l’évolution du commerce mondial des céréales. Il représenterait 344 millions de tonnes en 2014-15, en baisse de 3,7% par rapport à la campagne précédente. La chute annoncée des exportations américaines de blé  pèse sur ce chiffre.  Sur les céréales secondaires, les importations chinoises de sorgho seraient en revanche plus importantes que prévu.


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -