imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L'Egypte tente de reconstituer ses stocks de blé à crédit

Le 27 mars 2013 par Franck Stassi
Bassem Ouda, ministre égyptien des Approvisionnements et du Commerce intérieur
Bassem Ouda, ministre égyptien des Approvisionnements et du Commerce intérieur

Le premier importateur mondial de blé compte sur la bienveillance de ses fournisseurs pour pouvoir en acheter plus facilement.

 

Confrontée à une baisse de ses réserves en devises étrangères (13,5 milliards de dollars fin février, contre 36 milliards avant le renversement d’Hosni Moubarak en 2011), l’Egypte tente toujours de faire face à la baisse de ses stocks de blé. Le pays en est le premier importateur mondial avec 9,5 millions de tonnes (Mt) prévues en 2012/2013, indique le département américain de l’Agriculture (USDA).

 
Selon le ministre égyptien des Approvisionnements et du Commerce intérieur, Bassem Ouda, les réserves en blé pourraient être épuisées d’ici la fin du mois de juin. Elles sont traditionnellement maintenues à un niveau permettant six mois de consommation, afin de pouvoir garantir la fourniture de pains subventionnés.
 
Le pays doit importer chaque année la moitié du blé qu’il consomme. Une production record de 10 Mt est toutefois prévue au terme de la campagne en cours. 4,6 Mt seront acquis par l’Etat, qui propose aux agriculteurs un prix de 434 dollars par tonne, contre 357 dollars dans le cadre des importations. 11 milliards de livres égyptiennes (soit 1,6 milliard de dollars) ont été débloqués à cet effet.
 
Dans un entretien accordé au Financial Times, Bassem Ouda explique que l’Egypte procèdera à des achats étrangers de blé auprès de fournisseurs accordant des facilités de paiement. « Nous allons acheter quand cela nous convient, au prix qui nous convient et dans les quantités qui nous conviennent. La transaction doit être favorable aux deux parties », déclare le ministre. « Nous ne sommes pas prêts à aider ceux qui n’aident pas l’Egypte à commercialiser leurs produits », ajoute-t-il.
 
Bassem Ouda rappelle que seul le gouvernement des Etats-Unis s’est engagé à soutenir les exportations : l’USDA a accordé au Caire 17,7 millions de dollars de garanties de crédit à l’exportation pour environ 60 000 tonnes de blé.
 
Franck Stassi

Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1350)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (660)
    • Energie (641)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -