imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L’Egypte suspend ses achats de blé

Le 10 juillet 2012 par Fabien Daireaux


 

Le premier importateur mondial de blé devrait rester à l’écart du marché mondial ces prochaines semaines à cause de la flambée des prix. 

 

Le vice-président de la General Authority for Supply Commodities (GASC), Nomani Nomani, a déclaré dimanche que l’Egypte renonce temporairement à acheter du blé grâce à la bonne tenue de son stock stratégique. Cette annonce intervient alors que les cours du blé ont grimpé de près de 30 % depuis la mi-juin à cause de la sécheresse aux Etats-Unis.

Les Egyptiens sont les plus gros consommateurs de pain au monde avec 400 g/hab/jour contre 200 g pour les Français. L’Etat égyptien subventionne jusqu’à 3 unités de pain « baladi » par personne et par jour, soit 360g de pain. Et pour fournir les meuniers égyptiens, l’organe du ministère du Commerce et de l’Industrie, la GASC, achète en moyenne chaque année 3 Mt de blé local et 6 Mt de blé importé, ce qui en fait le premier acheteur mondial de blé.

La récolte a été bonne en Egypte ce qui devrait permettre à la GASC de dépasser ses objectifs d’approvisoinnement en blé local cette saison. Interrogé par Reuters, Nomani Nomani explique : « Notre objectif était 3 Mt et nous avons fait mieux (ndlr : 3,7 Mt) donc notre situation actuelle est confortable et nous ne sommes pas pressés de faire appel au marché international. » La saison dernière la GASC avait acheté 2,6 Mt de blé local.

Cette hausse est due à de meilleurs rendements et une augmentation des superficies qui s’explique par des prix plus attractifs. En octobre dernier, l’Egypte a augmenté le prix auquel elle achète le blé aux producteurs locaux de 350 à 380 livres égyptiennes pour un « ardeb » (140 kg). « Nous nous attendons également à une bonne récolte de maïs et comme nous intégrons du maïs (ndlr : environ 10%) dans le pain « baladi », cela devrait également nous aider à réduire nos importations » a déclaré le vice-président de la GASC. 

L’Egypte devra revenir sur le marché mondial tôt ou tard mais son niveau de stock couvre presque six mois de consommation ce qui lui permet d’attendre le moment opportun. D’autres importateurs plus petits ont également décidé de différer leurs achats de blé, c’est le cas de la Jordanie qui a annoncé la suspension d’une livraison de 100 000 tonnes de blé prévue initialement pour le 17 juillet.

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation