imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L'arabica colombien revient sur le devant de la scène

Le 05 février 2015 par Franck Stassi
Plantation de café en Colombie
Plantation de café en Colombie

Le programme de replantation initié suite aux ravages de la rouille du café porte ses fruits en Colombie. La filière compte profiter de sa santé retrouvée.

 

Deuxième producteur mondial de café arabica, la Colombie a produit 1,09 million de sacs de café au cours du mois dernier. La hausse s’élève à 7,6% sur un an. Ce niveau n’avait pas été atteint depuis janvier 2008, avant la propagation de l’épidémie de rouille du café, qui avait alors fait chuter de manière drastique la production, passée de 12,6 millions de sacs en 2007 à 7,7 millions en 2012.

 

La Colombie est aujourd’hui le pays "le mieux placé pour relever les défis de la variabilité climatique et les ravageurs", estime la Fédération colombienne des producteurs de café, fière de présenter les résultats du programme de replantation mis en œuvre dans les exploitations. Les variétés résistantes à la rouille ont été généralisées, passant de 30% du parc en 2008 à 57% en 2013. Depuis 2009, 3,2 milliards d’arbres correspondant à cette typologie ont été replantés.

 

Dans son dernier rapport, l’Organisation internationale du café fait également part des progrès enregistrés : sur l’ensemble de la campagne 2014/2015, "les doux de Colombie sont les seuls qui devraient connaître une augmentation, estimée à 3,2%, soit 13,9 millions de sacs".

 

La qualité, prochain cheval de bataille

 

Les producteurs colombiens de café souhaitent mettre à profit la santé retrouvée de leurs arbres pour se réaffirmer comme des acteurs incontournables sur le marché. Les exportations se sont accrues de 10% entre janvier 2014 et janvier 2015. Dans son plan stratégique pour les cinq ans à venir, la filière souhaite mettre l’accent dans la qualité pour se différencier et mieux répondre aux nouvelles attentes des consommateurs. Le Japon, deuxième acheteur mondial de café colombien, a ainsi été identifié comme un marché porteur, notamment au travers de boissons prêtes à boire.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -