imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Etats-Unis: la sécheresse continue de soutenir les cours

Le 26 juillet 2012 par Fabien Daireaux


Après une pause en début de semaine, les cours du maïs et du soja américain sont repartis à la hausse ce mercredi à Chicago. Les prévisions météo à long terme sont toujours aussi pessimistes : c’est la pire sécheresse depuis 25 ans aux Etats-Unis.

 

Les cours du maïs et du soja ont connu deux jours consécutifs de baisse en début de semaine après un long rallye haussier qui a vu le cours du maïs flamber de 50% depuis la mi-juin. Dans leur sillage, le blé a suivi le mouvement à la baisse. Cette pause s’explique par une baisse générale des bourses liée au retour des inquiétudes sur la zone Euro et surtout par l’annonce de l’arrivée probable de la pluie en fin de semaine sur le Midwest. Les prévisions météo faisaient état de 40% de chance de pluie sur la Corn Belt, fortement touchée par la sécheresse.

 

Ces pluies, qui arrivent demain, pourraient limiter à court terme la détérioration des cultures de soja. Pour le maïs, dont le stade de développement est déjà avancé, il est peut-être déjà trop tard. C’est bientôt le moment de vérité : les exploitations américaines reçoivent en ce moment même la visite des représentants des médias, des autorités et des industriels américains pour faire le point sur l’état des cultures. Il faudra attendre les résultats définitifs de ces « Crop Tours » pour savoir précisément l’étendue des dégâts. Une chose est sûre : on sera loin de la récolte record annoncée il y a quelques mois.

 

Les prévisions à long terme des météorologues américains sont toujours aussi pessimistes : le mois d’août devrait être pire que le mois de juillet. Les températures élevées et le manque de précipitations pourraient même perdurer jusqu’en octobre si l’on en croit les prévisions du service météorologiques américain (NAOO).

 

 

L’US Department of Agriculture (USDA) a encore abaissé lundi dernier sa note pour la récolte de maïs : 26% des plants seulement sont jugés « bon ou excellent » contre 31% la semaine dernière et 62% l’an dernier à la même époque. Pour le soja, c’est guère mieux: 31% de plants sont jugés « bon ou excellent » contre 34% la semaine précédente, et 62% l’an dernier.

 

Avec des rendements qui pourraient descendre selon certains analystes autour de 130 boisseaux par acre, la production américaine passerait en dessous des 300 millions de tonnes ! Or le maïs est la première céréale fourragère mondiale et les Etats-Unis en sont de loin le premier producteur et premier exportateur mondial. Devant cette pénurie relative de maïs, la demande mondiale devrait se reporter sur les autres céréales fourragères utilisées dans l’alimentation du bétail et notamment sur le blé. Le prix de ce dernier a déjà pris plus de 45% à Chicago et plus de 30% à Paris depuis la mi-juin. L’offre de blé est elle même menacée par la sécheresse qui touche le bassin de la mer Noire.

 

Dans ce contexte, les acheteurs qui ont retardé leurs achats en espérant que l’arrivée de la pluie ferait redescendre les cours en seront peut-être pour leur frais. Si les cours ne redescendent pas, les acheteurs devront se résoudre à acheter au prix fort. Le premier producteur mondial de porc, l'américain Smithfields Foods, a annoncé mardi qu'il avait signé un contrat pour acheter du maïs brésilien afin de sécuriser son approvisionnement et contrer la hausse du prix du maïs américain. 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation