imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Profits réduits de moitié pour Anglo American

Le 19 février 2010 par Daniel Krajka
Anglo Copper
Anglo Copper

Malgré des résultats moins mauvais que prévus, le mineur diversifié ne reprendra pas le paiement d’un dividende. Investissant dans de nouveaux projets et ayant implanté un programme d’économies drastique, ses résultats vont poursuivre leur redressement.

 

L’anglo-sud africain a subi plus durement que ses grands concurrents les effets de la crise financière en 2009. Durement touché par l’effet combiné d’un endettement excessif et de la forte baisse de la demande, entrainant la chute des prix de ses produits, le géant minier avait l’an dernier provoqué l’ire de ses actionnaires en ne leur payant pas de dividende pour la première fois depuis 1939. Le géant, sous la direction de Cynthia Carrol, avait pris des mesures draconiennes, licenciement de trois directeurs, restructuration des opérations, licenciements massifs et vente d’actifs.

 

Commentant des résultats supérieurs aux attentes, la directrice générale a décliné la panoplie des économies mises en place par le groupe pour se redresser : 1,6 milliard de dollars d’économies ont déjà été réalisées – dont 712 millions de réduction des coûts de production –, le nombre de travailleurs a été réduit de 17% (-23 400), sa filiale Tarmac vient d’être cédée pour 400 millions de dollars et ses actifs zincifères sont officiellement en vente.

 

Mais pour se redresser, Anglo American poursuit son développement dans certains secteurs. D’ici à 2013 17 milliards de dollars seront consacrés à sa croissance organique. Il compte investir 6 milliards de dollars (dont 4,2 milliards pour les nouveaux projets) en 2010 contre 4,61 en 2009. Ce programme doit lui permettre d’augmenter de 82% sa production de minerai de fer, de 33% celle de cuivre et de 139% celle de nickel. « Nous investissons dans des projets très attractifs, nous maintenons notre note de crédit et nous reconstruisons notre position capitalistique », explique Cynthia Carroll. Si les perspectives de la demande et des prix des matières premières s’améliorent, l’entreprise reprendra le versement d’un dividende a-t-elle rassuré.  

 

Pour l’année 2009 le profit net d’Anglo a perdu 53,5% par rapport à 2008, à 2,43 milliards de dollars. Son chiffre n’affaires n’a baissé dans le même temps « que » de 25,3%, à 24,64 milliards de dollars. Atteignant 6,93 milliards de dollars, son ebitda a reflué de 41,5%. Parmi les productions du mineur, c’est la production de cuivre qui a le mieux résisté, affichant un profit opérationnel de 2,01 milliards de dollars, en hausse par rapport au 1,89 milliard de 2008. Le secteur d minerai de fer et de manganèse ne perd qu’un tiers de son bénéfice opérationnel, à 1,49 milliard. Le charbon, thermique ou métallurgique, a vu son résultat global fondre de moitié à 1,17 milliard. Par contre, platine, diamant et nickel restent juste positifs.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -