imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les mines font trembler l’économie sud-africaine

Le 19 septembre 2012 par Daniel Krajka


L’Afrique du Sud va subir les conséquences de la vague de grèves qui a paralysé ses gisements miniers.

 

Selon le président sud-africain Jacob Zuma, les grèves qui perturbent depuis le début de l’année les mines de platine et d’or du pays auraient entrainé un manque à produire évalué à 4,5 milliards de rands, soit 548 millions de dollars. L’extraction de métaux précieux est toujours centrale pour l’économie sud-africaine. L’an dernier, les ventes de platine ont totalisé 82 milliards de rands et celles d’or 66 milliards, soit respectivement 10 et 8 milliards de dollars.

L’extraction minière représente encore directement 8,6% du PIB sud-africain, avec un chiffre d’affaires de 230,4 milliards de rands (31,5 milliards de dollars). Si l’on inclut l’activité induite, l’industrie minière représente pratiquement 19% du PIB du pays. Malgré une progression de 5,8% sur un an en 2010 – après des reculs de 5,6% en 2008 et de 4,2% en 2009 –, elle était toujours sous son niveau d’avant la crise fiscale. Ce secteur a représenté 12,1% des investissements dans l’économie du pays durant l’année fiscale 2010. Les mines sont également un composant essentiel du Johannesburg Securities Exchange, représentant plus de 40% du capital des sociétés qui y sont cotées.

Les exportations totales de minerai primaire ont augmenté sur un an de 26,8% pour grimper à 224,2 milliards de rands (27 milliards de dollars), soit pour l’année fiscale 2010 35,9% des exportations de marchandises de l’Afrique du Sud. Si l’on prend en compte le minerai sous sa forme transformée – acier, pots catalytiques, ferroalliages… – les mines et les métaux assurent environ la moitié des exportations du pays. Au niveau de l’emploi, l’industrie minière compte 498 141 salariés directs, soit 6,50% de l’emploi formel du pays. Avec respectivement 181 969 et 157 019 salariés, les platinoïdes et l’or sont les deux plus importants employeurs du secteur.

Sur le marché mondial, la place de l’Afrique du Sud, si elle a perdu de son aura, en particulier pour l’or, est encore primordiale pour beaucoup de minerai. Elle est toujours le premier producteur de platine, de ferrochrome et de vanadium et le deuxième de manganèse et de titane. Tombée au cinquième rang des producteurs d’or, elle détient cependant les plus importantes réserves de métal jaune, ainsi que de platinoïdes, de manganèse et de chrome. Ses gisements sont les deuxièmes pour le vanadium et le titane.

Les compagnies minières durement touchées

Pratiquement à l’arrêt durant six semaines, le numéro mondial du platine Lonmin vient de réduire de 8,7% ses attentes de production pour l’année fiscale 2012 à 750 000 onces. La compagnie a stoppé la construction de son nouveau puits K4, mettant 1 200 travailleurs de la sous-traitance au chômage. Les onze puits de Marikana avaient assuré 92% de sa production de 719 000 onces l’an dernier. La grève, qui a démarré le 10 août, lui a coûté chaque jour 2 500 onces de platine. Le conflit l’a obligé à surseoir à d’importants investissements et devrait l’obliger à se procurer de nouveaux capitaux sur les marchés financiers.

Le numéro un du secteur, Anglo Platinum, a, le 13 septembre, renvoyé à la maison ses 26 000 salariés dans la région de Rustenburg. Impala Platinum, le deuxième producteur de platine, a subi en début d’année une grève de six semaines qui lui a coûté 2,8 milliards de rands.

La mine KDC West mine, appartenant à Gold Fields, est actuellement en grève. Ce mouvement, qui a succédé à un autre arrêt de travail dans la partie est du complexe minier, fait perdre 1 400 onces de métal jaune au numéro deux du secteur.



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation