imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le platine sur orbite

Le 15 février 2008 par Rédaction L'Usine Nouvelle
* Mots clés :  Societe Generale

La pénurie d'électricité en Afrique du Sud propulse les cours du métal précieux.

En hausse pour la douzième séance consécutive, la cotation de l'once de platine sur le London Platinum and palladium market a enregistré un nouveau record à 2068,50 dollars avant d'afficher 2060 dollars en prix officiel de l'après-midi. En 2007 le prix du platinoïde s'était apprécié de 37%, depuis le début de l'année il a déjà bondi de 35%.

« C'est la panique, la panique, la panique. Si vous êtes un consommateur de platine vous n'allez pas pourvoir dormir de la nuit », explique l'analyste d'UBS, Robin Bahr. Il ne s'agit plus de spéculation, affirment les analystes, la pénurie est bien présente. L'Afrique du Sud qui assure 80% de l'offre de métal est frappée de plein fouet par des pénuries d'électricité qui affectent l'ensemble de son industrie, en premier lieu son industrie minière.

Eskom, la société productrice d'électricité, a prévenu les mineurs que pendant 5 mois ils devront réduire de 10% leur consommation d'électricité. Ce qui devrait se traduire par une diminution au moins équivalente de leur production. Le déficit important entre l'offre et la demande devrait en conséquence s'approfondir pour atteindre 500 000 onces en 2008, le double de l'année précédente. D'autant que les coupures toujours possibles mettront en danger la sécurité de ceux qui travaillent au fond des mines. C'est un choc d'une ampleur sans précédent, « nous n'avons jamais rien vu de tel », s'inquiète Stephen Briggs, économiste de la Société Générale.

Près des deux tiers de la consommation de platine proviennent de la fabrication des pots catalytiques pour l'industrie automobile qui a augmenté de 135% en 10 ans pour culminer à 4,24 millions d'onces en 2007. Une demande qui ne peut se permettre de faiblir en raison de contraintes environnementales toujours plus sévères. En l'absence d'alternative, - le remplacement d'une partie du platine utilisé pour les moteurs diesel par le palladium n'a pas encore dépassé le stade expérimental - ce sera au consommateur final d'encaisser la hausse. Seule une poursuite de la hausse des cours et la destruction de la demande de la joaillerie qu'elle ne manquerait pas de provoquer, pourrait dans l'immédiat rééquilibrer le marché du platinoïde.


Daniel Krajka

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation