imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le platine s'échauffe

Le 19 décembre 2007 par Rédaction L'Usine Nouvelle

Poussé par les investisseurs et les grèves, la cotation du platinoïde établit un nouveau record.

Depuis le début de l'année le cours du platine coté sur sa bourse de référence, le London Platinum & Palladium Market,  s'est apprécié de 33%. Il a établi un nouveau record le 18 décembre à 1 510 dollars l'once, après avoir touché les 1 521 dollars en séance. C'est la première fois que l'once de platinoïde franchit le seuil symbolique des 1 500 dollars.

Une nouvelle hausse provoquée par la conjonction de fondamentaux très tendus et d'une important vague d'investissement, explique l'analyste de Barclays Research, Suki Cooper. Si elles ont reculé par rapport à leur plus haut, les positions non-commerciales sur le Comex sont tout de même au triple de ce qu'elles étaient il y a un an. Plus important encore pour le marché, les achats via les ETF se sont amplifiés, particulièrement depuis novembre en réponse aux perturbations de la production qu'ont subies les mineurs sud-africains. Fin novembre, les positions détenues par les ETF atteignaient 154 000 onces, soit près du double du volume anticipé par Johnson Matthey  dans ses prévisions. La maison spécialisée dans les platinoïdes tablait déjà sur un déficit du marché de 267 000 onces pour 2007, l'importance des investissements ne peut qu'accroitre ce déficit, souligne Cooper.

De plus les perturbations se multiplient en Afrique du Sud, le principal pays producteur de platine. En Novembre Angloplat et Aquarius Platinum ont respectivement perdu 10 000 et 2 000 onces en raison de fermetures de puits. Puis, le 4 décembre, une grève déclenchée par le Num, le syndicat des mineurs, a réduit de 9 000 onces la production d'Angloplat et de 3 500 celle d'Impala. Globalement, ont estimé les analystes, une journée de grève a généré 19 000 onces de manque à produire. Une autre grève pour les salaires à la mine de Marikana, fait perdre chaque jour 500 onces de métal à Aquarius et Angloplat, ses copropriétaires. Un audit sur la sécurité des mines pourrait entrainer de nouvelles pertes de production et le numéro un du secteur, a réduit ses prévisions de production de 2,60/2,65 à 2,45/2,50 millions d'onces pour 2007.

Les stocks ne contiennent guère plus de 6 semaines de production et les estimations de déficit pour 2008, 77 000 onces, pourraient se révéler inférieures à la réalité, conclut Cooper. Alors que l'offre peine, la demande tirée par les besoins en pots catalytiques de l'industrie automobile continue de s'apprécier. Johnson Matthey table sur une nouvelle hausse de 2,3% de la demande de l'automobile en 2007 à 4,24 millions d'onces.

Daniel Krajka


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation