imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

L’Afrique du Sud n’est plus un géant de l’or

Le 05 septembre 2012 par Daniel Krajka


Les conflits sociaux qui agitent l’Afrique du Sud sont fondamentaux pour le marché du platine, mais anecdotiques dans l’or. Le métal jaune est désormais extrait dans d’autres parties du monde. En hausse, l’once pourrait passer au-dessus des 2 000 dollars en 2013.

 

Dans les années 1970 l’Afrique du sud avait une position dominante dans le secteur aurifère avec une production atteignant les 1 000 tonnes d’or. Depuis, sa place s’est progressivement affaiblie, les restructurations et des gisements toujours plus difficiles d’accès l’ont fait plonger au cinquième rang avec une production inférieure à 200 tonnes l’an dernier, a rappelé Philip Klapwijk, le responsable de la recherche de GFMS, un consultant filiale de Thomson Reuters.

Pour 2012, prévoit l’analyste, la montée en puissance de l’industrie aurifère péruvienne devrait repousser l’Afrique du Sud au sixième rang mondial, d’autant que la production du pays devrait encore diminuer de 5% par rapport aux 198 tonnes de l’année précédente. « S’il y a des conséquences encore plus négatives aux conflits sociaux – même si 10% de la production est perdue – cela ne signifie qu’une réduction de l’offre inférieure à 20 tonnes, pour une production globale de 4 500 tonnes, c’est une somme triviale », tempère Klapwijk. Les observateurs étrangers ont raison de s’inquiéter bien plus pour le platine, l’Afrique du Sud assurant plus des trois quarts de son offre globale.

Une grève sauvage a éclaté sur le site de la mine Kloof Driedfontein Complex appartenant à Gold Fields. Les 12 000 salariés du site sont en conflit avec la direction locale du syndicat NUM qui a accepté en leur nom une contribution obligatoire à une assurance funérailles. La production annuelle du complexe est de 500 000 onces, soit 15,5 tonnes d’or. Les trois principaux producteurs d’or sud-africains – AngloGold Ashanti, Gold Fields et Harmony – continuent de développer leurs gisements en dehors du pays. L’actuelle augmentation des conflits sociaux dans les mines ne peut qu’accentuer le déclin de l’industrie aurifère sud-africaine, explique le consultant.

Rebond attendu du cours de l’or

L’Afrique du Sud ne devrait donc pas profiter du rebond attendu des cours du métal jaune, annoncé dans la dernière mise à jour de l’étude annuelle publiée par GFMS. Fermement haussier, le consultant table sur un cours qui repassera au-dessus de 1 800 dollars l’once avant la fin de l’année. Les plus bas sont passés, affirme Philip Klapwijk qui table sur une hausse en fin d’année. Les prix de l’or sont fortement influencés par les politiques monétaires des Etats. Pour contrer la chute de la croissance tant les banques centrales des pays industrialisés, que celles des pays émergents, Etats-Unis et Chine en tête devraient mettre en place des politiques monétaires accommodantes, ce qui est bénéfique pour le métal jaune. Début 2013, le cours de l’once pourrait dépasser les 2 000 dollars avant de redescendre progressivement.


Les banques centrales continuent également d’acheter de l’or pour diversifier leurs réserves. Après 270 tonnes d’achats net au premier semestre, elles devraient encore se procurer 220 tonnes de métal lors de la deuxième partie de l’année. Globalement les investissements dans l’or au deuxième semestre devraient atteindre un niveau record, tant en volumes, 970 tonnes, qu’en valeur, environ 53 milliards de dollars. Après un net recul au premier semestre, -13%, la demande de la bijouterie devrait commencer à rebondir.  Mais pas suffisamment pour empêcher un recul de la demande sur l’année de 4,4% à 2 758 tonnes. Du côté de l’offre, la production minière, 2 848 tonnes, en hausse de 0,9% devrait compenser un recul de 0,6% de la récupération de broutille à 1 661 tonnes.style='font-size:11.0pt;line-height:115%;font-family:"Times New Roman","serif"; mso-ascii-theme-font:minor-latin;mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-latin;mso-hansi-theme-font:minor-latin;mso-bidi-theme-font: minor-bidi;mso-ansi-language:FR;mso-fareast-language:EN-US;mso-bidi-language: AR-SA'>Rebond attendu du cours de l’or



Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -