imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Fin de la grève dans le platine sud-africain

Le 16 novembre 2012 par Daniel Krajka


Les 12 000 travailleurs du premier producteur mondial de platine, le sud-africain Anglo American Platinum (Amplats), ont finalement repris le travail. Ils étaient pratiquement les derniers d’un mouvement qui avait débuté le 10 août et auquel ont participé plus de 140 000 des 500 000 travailleurs du secteur minier. Ne restent en grève que les travailleurs d’Atlatsa Resources, un joint-venture avec Amplats, à Bokoni dans le Limpopo. Ceux-ci réclament la libération de dirigeants du comité de grève et de sympathisants qui ont été arrêtés par la police.

 

Les grévistes, qui n’avaient pas plié face au licenciement de 12 000 travailleurs en grève et à une menace identique pour 15 000 autres, ont finalement accepté les dernières propositions de la filiale d’Anglo American. Ils recevront une prime de 4 500 rands et les négociations salariales seront avancées. La date de leur application ne sera toutefois pas modifiée. De plus, chaque travailleur éligible, recevra au choix, ou 400 rands supplémentaires sur sa fiche de paie ou une prime de logement de 600 rands. 
 
Le bilan est lourd pour Amplats à qui la grève aura coûté en deux mois environ 200 000 onces de platine, soit un manque à gagner de plus de 300 millions de dollars. L’addition est également élevée pour le pays qui aura perdu, selon le Trésor, plus de 10 milliards de rands, soit plus de 1,1 milliard de dollars. Quant au bilan humain, il a dépassé la cinquantaine de morts – 34 dans le seul massacre de Marikana – ainsi que des centaines de blessés et d’arrestations. 
 
La compagnie minière a déjà averti les marchés que ses résultats pour 2012 seraient au moins inférieurs de 20% à ceux de l’année précédente. Le retour à la normale pour les mines touchées par la grève, Rustenburg, Amandelbult et Union sera long. Une revue des activités d’Amplats devrait se solder par la fermeture de ses puits les moins rentables. La nécessité d’une restructuration est plus impérieuse que jamais, vient de souligner une étude de Deutsche Bank qui préconise la cession d’une fonderie et de plusieurs mines. 
 
La fermeture de quatre puits dans le Rustenburg et de la mine d’Union entrainerait une réduction de 240 000 onces, soit 10% de la production annuelle du groupe. Mais Amplats n’est pas la seule compagnie minière à préparer des fermetures de capacités, les 14 sociétés qui ont subi des arrêts de travail plus ou moins prolongés l’envisagent. Certains s’y préparaient déjà avant la vague de grèves.
 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -