imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Angloplats tente de reprendre son activité

Le 29 octobre 2012 par Daniel Krajka


Le premier producteur mondial de platine va tenter d’en terminer avec une grève qui va lourdement peser sur ses résultats.

 

Le producteur de platine Anglo American Platinum (Amplats) a déclaré avoir conclut un accord avec les syndicats et les représentants des grévistes pour mettre un terme à une grève qui a démarré de fait le 12 septembre. Le premier producteur mondial de platine, filiale à 74% d’Anglo American, a accepté de réembaucher les 12 000 grévistes qui avaient été licenciés. L’accord prévoit qu’ils reprennent le travail le 30 octobre au matin, aux mêmes conditions qu’avant la grève, et donc sans augmentation de salaire. Les mineurs réclamaient un salaire mensuel de 16 000 rands. 
 
Au lieu d’être licenciés, ils recevront un dernier avertissement avant licenciement. Une prime de 2 000 rands sera accordée à tous les grévistes pour alléger leurs difficultés financières. Ils pourront également emprunter 2 500 rands à l’entreprise, prêt qui devra être remboursé sous six mois. Les non-grévistes recevront une prime de fidélité de 2 000 rands. Problème, les représentants des grévistes,
 n’avaient pas consultés leurs mandants avant que la direction n’envoie des SMS affirmant que la grève était finie. Consultés, les grévistes ont rejeté l’accord. 
 
Le prix de la grève
 
Amplats, qui tablait sur une production en 2012 de 2,5 millions d’onces, a réduit ses attentes de 100 000 à 300 000 onces en raison de la grève qui touche plusieurs de ses mines et a réduit son offre de 40%. Globalement, affirme la compagnie, ses pertes en revenus atteignent déjà 80 millions de dollars. Une perte qu’il faut tempérer par le fait que les salaires des grévistes, environ la moitié de ses coûts de production, ne sont pas payés. En conséquence, le groupe dont les dépenses d’investissement avaient déjà été réduites de 9 à 8 milliards de rands va encore les diminuer à 7,3 milliards, soit 840 millions de dollars. 
 
Ses coûts opérationnels ont augmenté de 11% au premier semestre 2012, tirés par l’électricité (+20%), le gazole (+10%) et le coût du travail (+10%). Avec un prix moyen du platine en baisse, le profit opérationnel d’Amplats a plongé de 92% et sa dette nette a plus que doublé. La grève a provoqué une forte hausse de ses coûts de production attendus par la compagnie entre 15 500 et 16 000 rands par once de platine raffiné. Alors que le cours de l’once de platine est retombé à 1 539 dollars, soit 13 375 rands, ce coût est bien sur prohibitif.  
 
Le groupe étudie la possibilité d’une restructuration qui pourrait provoquer la fermeture de quatre mines peu ou pas rentable dans la région de Rustenburg. Ces mines, et quelques autres, sont en grève depuis bientôt sept semaines. Le secrétaire du syndicat NUM qui s’est opposé par la force à la grève, Frans Baleni, a dénoncé ces actions comme pouvant conduire à des fermetures de puits, et donc à des licenciements. Des prises de position qui ont conduit à de violents affrontements entre syndicalistes du NUM qui tenaient un meeting à Rustenburg et des grévistes d’Amplats. La réunion, dans le stade local, n’a pu se tenir que sous la protection de la police.
 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -