imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Accord pour une fin de la grève dans le platine sud-africain

Le 19 septembre 2012 par Daniel Krajka


Une hausse conséquente de salaires a permis à la compagnie minière Lonmin et aux représentants des grévistes de trouver un compromis. Le travail devrait reprendre le 20 septembre. 

 

Un accord a finalement été trouvé entre les représentants des travailleurs en grève et la direction de la compagnie minière Lonmin. Le travail devrait reprendre le 20 septembre, mettant fin à une grève démarrée le 10 août par quelque 3 000 piqueurs. A l’issu de longues négociations auxquelles ont participé des représentants du gouvernement et de la conférence des églises, la direction du numéro trois du platine a concédé des augmentations de salaires échelonnées entre 11% et 22%, qui seront applicables au 1er octobre.

Un représentant des travailleurs en grève, Zolisa Bodlani, a détaillé les augmentations à l’agence de presse Sapa. Les piqueurs recevront désormais un salaire mensuel brut de 11 078 rands (1 353 dollars). Le salaire des chefs d’équipe sera porté à 13 022 rands et celui des mineurs les moins payés à 9 611 rands. De plus, une prime de reprise du travail de 2 000 rands (244 dollars) sera versée à tous les salariés.

Le conflit a été l’un des plus violents depuis la fin de l’apartheid en 1994 avec 45 morts, dont 34 tués le 16 août par la police lors d’une manifestation. Les grévistes, qui refusaient d’être représentés par le syndicat des mineurs NUM, accusé de collusion avec les patrons de la mine, avaient posé une revendication initiale de 12 500 rands par mois de salaire minimum. Ils ont finalement accepté un compromis, sous la pression des menaces de licenciement de la compagnie minière et des dirigeants de l’Etat qui avaient imposé une très forte présence policière dans la région de Rustenburg où sont situées une grande partie des ressources de platine.

Simon Scott, qui dirige de fait Lonmin, avait souligné qu’une hausse des salaires correspondant aux demandes des grévistes entrainerait de nombreux licenciements. Une hausse massive du coût du travail devrait s’accompagner d’une augmentation parallèle de la productivité, entrainant une mécanisation accélérée et donc une forte réduction du nombre de travailleurs employés. La mine, très peu automatisée, emploie aujourd’hui 28 000 salariés.

Anglo American Platinum a aussitôt annoncé que le travail allait reprendre dans les cinq mines qu’il avait arrêtées pour des raisons de sécurité. Un porte-parole du groupe a concédé que de nombreux travailleurs étaient encore en grève pour des revendications salariales. Un autre conflit a interrompu les opérations d’une mine d’or appartenant à Gold Fields. La société aurifère a fait savoir qu’il n’était pas question de rouvrir des négociations salariales. Les 15 000 travailleurs du site réclament également un salaire minimum de 12 500 rands. Des mouvements ont également touché des installations d’Aquarius Platinum et un complexe de ferrochrome appartenant à Xstrata.



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -