imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Rusal le Sibérien

Le 22 février 2010 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Les Bilans 2009, Rusal


L’aluminier russe a profité de la chute de la demande pour poursuivre son recentrage vers ses unités sibériennes alimentées par de l’électricité à bas coût.

 

Le numéro un mondial de l’aluminium, le russe UC Rusal n’a pas échappé au recul important de la demande qui, l’an dernier, a frappé le marché du métal léger. Sa production d’aluminium a baissé de 11 % à 3,95 millions de tonnes (Mt). Ne voulant pas être en surplus avec ses intrants, Rusal a dans le même temps drastiquement réduit ses productions d’alumine et de bauxite.

 

Sa production d’alumine a fondu en un an de 36% à 7,28 Mt et l’extraction de bauxite a chuté de 41% à 11,3 Mt. En baisse de seulement 15 et 16%, les deux mines guinéennes de Friguia et Kindia ont produit 39% de la bauxite de Rusal, qui a été obligé de se procurer plus de 3 Mt de minerai sur le marché. Les réductions de production d’alumine ont été surtout assurées par les raffineries à coût élevé d’Aughinish (Irlande -34%) et de Zaporozhye (Ukraine, -87%). La production a été provisoirement suspendue en Jamaïque ( Windalco et Alpart, -87 et -86%) et en Italie (Eurallumina, -91%).   

 

Comme les autres aluminiers, Rusal a maintenu sa production dans ses unités les plus modernes et les moins voraces en énergie, d’autant plus que celles-ci sont alimentées par de l’électricité produite par des centrales hydrauliques à bas coût. Les unités les moins efficientes, avec les coûts de production les plus élevés ont été fortement pénalisées. Les productions de Bogoslovsk et Urals Aluminium Smelters en Russie diminuent de 37 et 39%. Zaporozhye Aluminium Smelter en Ukraine et Kubikenborg en Suède reculent de 56 et 38%. Malgré une production en baisse de 28% à Novokuznetsk, la Sibérie voit sa part progresser de 79 à 85% dans l’offre globale de métal léger de Rusal.

 

Le marché de l’aluminium se rétablit progressivement

 

Selon le consultant CRU, cité par l’aluminier, la récession globale a entrainé un recul de 8,2% de la demande d’aluminium en 2009, par rapport à 2008. Face à cette dure réalité, les aluminiers ont réduit leur offre de 2,4 Mt et ont reporté pour 3,5 Mt de nouveaux projets. Globalement, la production de métal léger a baissé de 5,9% à 37,8 Mt. Ce qui n’a pas empêché le prix moyen de l’aluminium de chuter de 35% l’an dernier.

 

Pour 2010 l’aluminier a constaté les premiers signes de rebond de la demande, à mesure que les pays sortent de la récession, ce qui se reflète par une hausse des commandes de ses clients en Europe et aux Etats-Unis, ainsi que par la poursuite de la croissance asiatique. « La stabilisation constatée devrait entrainer un rythme plus élevé de la croissance de la demande que de celle de la production », prédit Rusal. Selon Brook Hunt, la reprise dans les pays développés a entrainé fin 2009 un restockage tout au long de la filière utilisatrice de métal léger. Prudemment toutefois, Rusal n’annonce qu’une production de métal en hausse de 3% pour 2010 et de 7% pour l’alumine.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -