BTP
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Rebond fragile du cuivre

Le 02 avril 2009 par Rédaction L'Usine Nouvelle
Ind3141
Ind3141

Le métal rouge bénéficie des achats chinois et de la faiblesse du dollar.

Le cours du cuivre s'est apprécié de plus de 30 % depuis le début de l'année, pour venir tutoyer les 4 000 dollars. Il avait été divisé par trois au deuxième semestre 2008. « Pourtant, les fondamentaux du métal rouge ne se sont pas améliorés », note David Wilson, de la Société générale. La production manufacturière de la Chine, premier consommateur (28 % de la demande globale et 83 % de sa croissance en 2008), a reculé en février pour le septième mois consécutif. « La hausse des prix du cuivre est la conséquence du restockage en Chine et, plus récemment, de la faiblesse du dollar qui a un effet positif sur le prix des matières », explique l'analyste.

Le SRB, qui gère les stocks stratégiques chinois, a profité du bas prix du métal pour reconstituer ses réserves. Il a déjà acheté ou signé des contrats pour 300 000 tonnes, et devrait procéder à 300 000 à 600 000 tonnes d'achats supplémentaires. Ces réserves seront utilisées pour les plans de développement massifs des réseaux d'électricité et de télécommunications du pays, explique Joel Crane, de la Deutsche Bank. La Chine manque de cuivre, mais pas de zinc ni d'aluminium, dont les achats étaient destinés à soutenir la production intérieure. Les opérations du SRB offrent donc un plancher au cours du métal rouge, autour de 3 000 dollars, selon David Wilson.

En hausse en 2010

Lancé en novembre, le plan chinois de stimulation ne devrait guère avoir d'effet avant la fin de l'année, mais amènerait les cours à 4 200 dollars au quatrième trimestre. Pour l'ensemble de l'année, David Wilson prévoit donc une moyenne de 3 625 dollars, en hausse de 25 dollars par rapport  aux prévisions d'il y a trois mois. Pour 2010, l'analyste annonce une moyenne de 5 000 dollars. De son côté, tablant sur un recul de 2,1 % de la demande de cuivre en 2009, la Deutsche Bank ne prévoit qu'un cours moyen de
3 288 dollars, puis un rebond à 4 189 dollars en 2010 avec une hausse de 0,8 % de la consommation.

Les contraintes qui pèsent sur la production, au niveau minier avant tout, vont continuer de peser sur l'offre. Selon Joel Crane, elle devrait refluer de 2,4 % en 2009 et stagner l'année suivante. Le développement en République démocratique du Congo souffre du risque politique et le Chili n'a pas résolu son problème de manque d'eau. La mine d'Escondida a ainsi renoncé à une expansion, faute
d'une usine de désalinisation de l'eau.

Daniel Krajka

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation