imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Norilsk investit dans le cuivre indonésien

Le 11 septembre 2012 par Daniel Krajka


Répondant à la volonté des autorités indonésiennes de ne plus exporter de matières premières brutes, le producteur russe de nickel va construire une raffinerie de cuivre. 

 

Le géant russe du nickel, Norilsk Nickel, vient de signer avec le ministère de l’Industrie et du Commerce indonésien une lettre d’intention pour la construction d’un complexe cuprifère dans ce pays. Cette unité de 400 000 tonnes de capacité répond aux nouvelles exigences de l’Etat indonésien de traiter sur place le minerai extrait dans les riches gisements du pays (http://indices.usinenouvelle.com/metaux-non-ferreux/l-indonesie-ne-veut-plus-exporter-ses-minerais.4210). En juin dernier, le gouvernent indonésien avait annoncé une taxe à l’exportation sur 16 minerais dont le cuivre, le nickel, le cobalt, le minerai de fer avant une interdiction d’exporter ces matières primaires qui prendrait effet en 2014.

La nouvelle a été annoncée à l’occasion d’une réunion de l’APEC qui s’est tenue à Valdivostok, le 8 septembre. Une réunion de travail entre le PDG de Norilsk, Vladimir Strzhalkovsky, et le président de la République d’Indonésie, Susilo Bambang Yudhoyono, a abordé ce sujet ainsi que la possibilité de développer des gisements de cuivre et de nickel.

Norilsk avait signé un accord préalable l’an dernier avec le producteur local PT Nusandra Smelting. En juin 2012, les deux partenaires décidaient d’un calendrier pour le développement du projet. La lettre, qui a été signée le 8 septembre, inclut divers avantages fiscaux ainsi qu’une « garantie de livraison de matières premières ».

Pour le ministre indonésien de l’Industrie, Suleiman Hidayat, il s’agit d’une « étape importante dans la consolidation (de la loi minière) introduite en 2009 destinée à développer le traitement des matières premières en Indonésie », souligne le producteur russe dans un communiqué. Les entreprises russes vont investir des milliards de dollars dans les raffineries, les fonderies et les infrastructures de l’Indonésie a confirmé Alexander Ivanov, l’ambassadeur russe à Djakarta. Selon Ivanov, qui s’exprimait lors de ce sommet de l’Apec, l’investissement total de Norilsk pourrait atteindre 2 milliards de dollars.

Rusal, le numéro un mondial de l’aluminium, est aussi sur les rangs pour exploiter et raffiner la bauxite du pays en partenariat avec des entreprises locales. Il y a quelques années l’aluminier avait déjà envisagé un investissement commun avec PT Aneka Tambang. Les échanges entre l’Indonésie et la Russie, devraient atteindre 5 milliards de dollars d’ici à 2014, a souligné l’ambassadeur.


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -