imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La Russie veut ses terres rares

Le 12 septembre 2013 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux critiques


Pour sécuriser leurs approvisionnements en terres rares lourdes et ne plus dépendre de la Chine, deux importantes sociétés russes vont investir 1 milliard de dollars dans cette filière.


En mai, le quotidien économique russe Kommersant annonçait la mise en exploitation d'un gisement de terres rares à Tomtor, en Yakoutie, par deux importants groupes industriels. Le groupe ICT, contrôlé par l'oligarque Alexander Nesis, s'est effectivement associé à l'entreprise d'Etat Rostec, spécialisée notamment dans l'aéronautique et les industries de défense, dans un projet d'exploitation de terres rares qui recevra un investissement de 1 milliard de dollars. 
 
Le 10 septembre, les deux groupes confirmaient leur intention de produire des terres rares d'ici à 2018. Un dirigeant de Rostec confirmait à Reuters que ce programme répondait également à la volonté du président Vladimir Poutine et du gouvernement de réduire la dépendance vis-à-vis de la Chine. "La Russie ne représente pas plus de 2% de la production mondiale de terres rares", a indiqué Sergueï Chemezov, le directeur général de Rostec, précisant que "sans nouveaux projets sa part dans la production mondiale tombera sous les 1,5% au cours des prochaines années". La Russie consomme actuellement 2 000 tonnes de ces éléments chaque année, mais sa demande devrait grimper à 6 000 tonnes d'ici à 2020, a souligné Rostec. 
 
La coentreprise entre les deux groupes, TriArkMining, a obtenu le droit de traiter une importante réserve de concentrés de monazite, actuellement stockés par l'entreprise d'Etat Uralmonatsit dans des entrepôts situés dans la région de Sverdlovsk, dans l'Oural. Evaluée à 82 653 tonnes, ces réserves de monazite sont riches en dysprosium et terbium, des terres rares lourdes particulièrement recherchées, utilisés dans l'aéronautique, et les fabrications d'écrans à rayon X et les aimants permanents. L'extraction devrait démarrer en 2015 et produire en sept ou huit ans environ 40 000 tonnes de terres rares selon ses promoteurs. 
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation