imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La Chine soutient ses terres rares

Le 23 novembre 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Métaux critiques


Les nouveaux projets miniers et de transformation se multiplient et les prix des terres rares se sont effondrés. L’Etat chinois poursuit la restructuration et la modernisation de sa filière.

 

Les terres rares ont la gueule de bois. L’explosion de la bulle spéculative, qui avait vu les prix des terres rares être multipliés par six en juin 2011 par rapport à juin 2010, a ramené les cours à un niveau tel que les deux principaux producteurs chinois ont décidé de stopper provisoirement leur activité. L’envol des prix avait à la fois multiplié les nouveaux projets et motivé les industries consommatrices pour trouver des solutions alternatives. Alors que les pays consommateurs avaient dénoncé la Chine devant l’OMC pour avoir réduit ses quotas d’exportation, les ventes chinoises de terres rares auront baissé en 2012 sur un an de 30% à 11 000 tonnes, estime Chen Jiazuo, un analyste du consultant spécialisé Antaike. 
 
Pour aider ce secteur, considéré comme stratégique, à faire face à la nouvelle situation, les autorités chinoises viennent de créer un fonds spécial sur le budget de l’Etat central. Ce fonds est destiné à amplifier la lutte menée par les autorités locales contre les exploitations minières illégales et la contrebande de terres rares. Il aidera également les entreprises productrices à améliorer leur technologie, à devenir plus respectueuses de l’environnement et à développer de nouvelles applications, précise sur son site Internet le ministère des Finances. 
 
Les entreprises minières pourront également recevoir 1 000 yuans (160 dollars) par tonne d’oxyde extrait alors que les raffineurs recevront 1 500 yuans (240 dollars) par tonne produite. Le soutien financier aux nouveaux projets technologiques ne dépassera pas 20% des sommes engagées avec un plafond de 50 millions de yuans (8 millions de dollars) par projet. Globalement donc, ce soutien financier ne devrait pas dépasser 35 à 40 millions de dollars par an a calculé le Financial Times.  
 
L’arrivée des nouveaux projets 
 
En Malaisie, l’usine de transformation de Lynas a reçu sa première livraison de concentrés originaires de la mine de Mount Weld en Australie. L’usine, qui avec 800 millions d’investissement représente l’investissement le plus important en dehors de la Chine, est prête depuis mai 2012, mais elle n’a reçu une autorisation provisoire de fonctionner que le 8 novembre. Premier pays consommateur de terres rares, le Japon a grandement investi pour trouver des sources alternatives à la Chine. Le gouvernement japonais vient de signer un accord pour développer un nouveau projet en Inde, mené par Toyota Tsusho corp. La filiale de Toyota, s’est associée à IRE une filiale de Nuclear Power Corporation of India, pour exporter 4 100 tonnes de terres rares vers le Japon d’ici au printemps 2013. Début novembre, Sumitomo avait créé un joint-venture avec Kazatomprom, l’entreprise kazakhe de l’énergie atomique, pour construire une usine de terres rares au Kazakhstan.
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation