DOSSIER

L'importance des métaux critiques

L'importance des métaux critiques
DOSSIERS  La dure vie des métaux critiques

L’irruption des terres rares sur la scène médiatique en cette fin d’année 2010 a accru la confusion autour des notions de « rare, stratégique ou critique ». « On mélange tout », ironise Christian Hocquard, un géologue-économiste du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières).

 

Que signifie la rareté pour un métal ou un minerai ? Il ne faut pas oublier que la rareté est une notion historique : le fer dans l’Antiquité, l’aluminium avant 1865, l’uranium jusqu’en 1945… étaient rares et précieux pour les deux premiers, mais sans utilité pour le troisième.

 

La rareté est également dépendante, non de sa présence dans la croûte terrestre, mais de sa présence avec une concentration suffisante pour être exploitée économiquement en utilisant les moyens techniques disponibles pour l’extraire et le traiter. Certains métaux ne sont extraits que comme sous-produits de métaux plus communs et leur production est donc dépendante d’une économie différente de la leur.

 

Enfin, les appellations peuvent ajouter à la confusion. Ainsi, les terres rares, les « mal-nommées, ont une présence dans la croûte terrestre variant entre 0,5 et 60 ppm.

 

L’un des spécialistes du secteur, Jack Lifton, co-fondateur et directeur du consultant spécialisé Technology Metals Research propose une définition simple. Sont « rares » les métaux, dont la production annuelle en 2008 (haut de cycle) est inférieure à celle du lithium.

 

Outre la rareté, Christian Hocquard propose d’ajouter trois critères pour créer la catégorie de métal critique :

 

  1. leur utilisation dans la fabrication des produits liés aux nouvelles technologies ;
  2. l'impossibilité ou la grande difficulté à mettre en œuvre des substitutions ;
  3. la grande concentration des sources de production (quand un ou deux pays représentent la majeure partie de l’offre) et les craintes liées à celle-ci.

 

Plus de 90 % de l’offre globale de niobium est contrôlée par le Brésil, mais les risques semblent limités. De même, pour l’Afrique du Sud, qui produit plus des deux-tiers du platine, tout en détenant plus de la moitié des réserves mondiales.

 

Par contre, les risques toujours présents de guerre civile en République démocratique du Congo (RDC) présentent un risque réel pour l’approvisionnement de cobalt, dont ce pays d’Afrique centrale assure 40 % de l’offre.

 

Quant aux fameuses terres rares, l’Etat chinois (97 % de l’offre) a rappelé son importance aux fabricants de gadgets électroniques, dont elles sont actuellement un élément indispensable. L’exemple des terres rares démontre également que la criticité d’un métal est transitoire. Les milliards de dollars investis dans ce secteur, suite aux tensions du marché, pourraient bien provoquer une bulle… Nous vous invitons donc à découvrir la problématique autour des terres rares dans ce dossier.

 

Daniel Krajka

 

 


Effectuer une autre recherche

Rechercher
Une question ? nous contacter

À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation