imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Glencore-Xstrata, une fusion en or massif

Le 01 juin 2012 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Commodités


La création de la quatrième compagnie minière diversifiée va faire des heureux, les dirigeants de Xstrata et les banques qui ont conseillé l’opération.

 

« Les patrons de Xstrata ont trouvé de l’or sans donner un coup de pelle », s’indigne The Times, pourtant peu suspect d’anticapitalisme primaire. Selon les documents publiés avant le vote sur la fusion entre Glencore et Xstrata 73 dirigeants de Xstrata vont se partager 260 millions de dollars pour rester à leur poste, ou comme compensation pour avoir perdu une place qui, après la fusion, sera attribuée à un dirigeant de Glencore. Trevor Reid, le directeur financier du groupe, recevra ainsi près de 9 millions de dollars pour ne pas conserver ce poste dans la nouvelle entité. Santiago Zaldumbide aura une indemnité de 6  millions de dollars pour ne plus être au conseil d’administration.

Mais c’est bien Mick Davis, l’actuel directeur général de Xstrata, qui va se tailler la part du lion en terme de « retention award » (prime de fidélité). Pour rester jusqu’en 2015 à son poste il recevra 14,9 millions de dollars chaque année, soit globalement 44,7 millions. « Ces primes de fidélité sont destinées à sécuriser la transition de la direction de l’entreprise, dont la stabilité a été centrale au succès de Xstrata tout au long de la décennie et qui est essentielle pour réaliser le potentiel de la nouvelle entité », a justifié John Bond, le président de Xstrata.

Cette question a pratiquement pris plus d’importance que la, pourtant controversés, décision d’échanger 2,8 actions Glencore pour 1 action Xstrata. Une équivalence qui semble validée par les marchés puisque la valeur boursière des deux groupes est actuellement inférieure à ce ratio. Certes, de nombreux petits actionnaires sont mécontents de l’opération, mais les fonds qui auraient pu s’y opposer, comme Standard Life ou Schroeder ont réduit leurs participations dans Xstrata. A l’inverse, le fonds souverain Qatar Investment Authority, favorable à l’opération, est devenue le deuxième actionnaire du groupe helvétique avec une participation de 9%.

Pour monter cette fusion les deux groupes anglo-suisses auront dépensé près de 200 millions pour des frais divers répartis entre les banques, les conseils juridiques et la communication. Glencore aura déboursé entre 60 et 80 millions de dollars et Xstrata de 101 à 116 millions. Les banques conseils – Morgan Stanley, Citigroup, Credit Suisse et BNP Paribas pour Glencore, Deutsche Bank, JP Morgan Chase, Nomura et Barclays Capital pour Xstrata – se seront partagées entre 98 et 130 millions de dollars. Les parts des conseils juridiques, 27 millions, et surtout des relations publiques, 3,6 millions, sont plus modestes.

 



Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation