imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les négociations vont reprendre entre l’Etat australien et les mineurs.

Le 24 juin 2010 par Daniel Krajka


La démission surprise du Premier Ministre australien devrait détendre les relations entre l’Etat et les grandes sociétés minières. L’Etat devra tout de même combler son déficit budgétaire.

La démission surprise du premier Ministre australien, Kevin Ruud, a été salué par les marchés qui ont fait grimper les actions des grandes sociétés minières de près de 2%. Pourtant, l’arrivée à la tête du Parti travailliste, et donc au poste de Premier ministre de Julia Gillard – la première femme à occuper ce poste – ne règlera pas le conflit entre l’Etat, décidé à alourdir la fiscalité minière, et les mineurs présents en Australie.

Cause principale de l’effondrement de sa popularité, et de son départ précipité, Kevin Rudd avait l’intention de rétablir les finances du pays en imposant une taxe sur les superprofits miniers (Resource Super Profit Tax ou RSPT). Pour populariser cette opération, il n’avait pas hésité à budgéter une trentaine de millions de dollars dans une campagne de publicité visant à populariser cette nouvelle taxe. Les lobbies miniers – Minerals Council of Australia (MCA) et l’Association of Mining & Exploration Companies (AMEC) –, appuyés par Rio Tinto et BHP Billiton,  avaient riposté en lançant leur propre campagne.

L’abandon de cette campagne par Julia Gillard a été enregistré comme un geste symbolique par les mineurs qui ont renoncé également à la propagande pour proposer des négociations ouvertes. Toutefois, si des négociations s’ouvrent, le gouvernement ne peut renoncer à un alourdissement de la fiscalité destiné à renflouer les finances publiques. Deux questions doivent être résolues : si la nouvelle fiscalité s’appliquera aux projets en cours et quel sera le  niveau déclenchant la taxe sur les superprofits.

Deux autres points inquiètent les mineurs. La question des crédits carbone, reléguée à l’arrière plan par Kevin Ruud, a fait son retour dans le programme de la nouvelle Premier ministre. Enfin, la promotion de Wayne Swan, le secrétaire au Trésor, à l’initiative de la super taxe, au rang de vice-Premier ministre, ne devrait pas rassurer les sociétés minières. Pour les analystes d’UBS, une nouvelle taxe sera bien introduite, mais à un niveau inférieur à ce qui avait été envisagé précédemment.
 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation