imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les contrats du LME réglés en yuan

Le 17 avril 2012 par Daniel Krajka


La monnaie chinoise pourrait remplacer la livre pour acheter des métaux sur le LME, croit savoir le Financial Times. 

 

Si le London Metal exchange est, plus que jamais, la bourse de référence pour les métaux de base, il est loin le temps où « Rule Britannia » s’appliquait à l’industrie. Selon le Financial Times, les dirigeants de la bourse londonienne de métaux étudient la possibilité d’offrir à ses membres la possibilité d’utiliser le yuan comme monnaie de compensation et de liquidation des contrats. Une décision qui entrainerait l’abandon de la livre sterling, certes peu utilisée aujourd’hui. Les contrats du LME sont aujourd’hui exprimés en dollars, mais les opérations de règlement peuvent l’être en euro, en yen ou en livre. La monnaie britannique a été utilisée jusqu’en 1993 pour coter le contrat sur le cuivre.

Lorsque le LME a été créé sous sa forme actuelle, en 1877, le contrat de référence à trois mois correspondait alors au temps nécessaire pour livrer au Royaume-Uni, l’atelier du monde à cette époque, le cuivre du Chili ou l’étain de Malaisie. Aujourd’hui c’est la Chine qui est devenu la première puissance industrielle, avec une consommation représentant plus de 40% de la demande globale de métaux de base. Prenant acte de cette nouvelle réalité, le LME a demandé à ses membres ce qu’ils pensaient d’ajouter le yuan aux monnaies utilisées dans le règlement des contrats traités par la bourse.

L’utilisation du yuan prend progressivement de l’ampleur, aidée par l’internationalisation graduelle du marché des changes en Chine. La banque centrale vient d’élargir la marge de flottement du yuan, mais son marché devra encore se libéraliser pour être utilisé comme monnaie de compensation et de règlement sur le LME, précise l’article du quotidien saumon. La monnaie chinoise va cependant être utilisée pour certains produits à terme sur le Hong Kong Exchanges & Clearing. De même, le Hong Kong Mercantile Exchange va lancer des contrats sur le cuivre et l’or cotés en yuan.

L’adoption du yuan par le LME répond également à une demande. Bank of China vient de demander de devenir le premier membre chinois de la bourse de métaux. En 2010, celle-ci avait déjà ouvert un bureau en Asie. De plus, le Hong Kong Exchanges & Clearing s’est déclaré candidat au rachat du LME aux côtés de CME Group, DICE et de NYSE Euronext. Les offres d’OPA seront finalisées le 7 mai.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -