imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le retour de l’inflation

Le 15 octobre 2010 par Daniel Krajka


La hausse des prix des métaux va participer, avec les politiques monétaires accommodantes et les hausses de salaires, à un retour en force de l’inflation.

Le séminaire qui inaugure chaque année la semaine du London Metal Exchange s’est tenu dans un contexte complexe mais favorable aux métaux de base. Le LMEX – l’indice composite des métaux de base cotés au LME – qui, emporté par la crise financière, flirtait avec les 1 600 fin 2008, avait repris 115% au début de l’année 2010. Depuis, poursuivant sur sa lancée malgré un accès de faiblesse au printemps, l’indice s’est encore apprécié de 12%. Métal emblématique du LME, le cuivre approche les 8 500 dollars, entrevoyant à nouveau les sommets abandonnés il y a deux ans.

 

Face à une assemblée d’acteurs des marchés de métaux regonflés par la bonne tenue de leurs produits, Philippa Malmgren, la présidente de Principalis Asset Management et de Canonbury Group, a tenu à calmer les ardeurs, rappelant la complexité de la situation. La crise financière globale a fortement réduit les flots de capitaux s’investissant dans les secteurs les plus voraces en capitaux, rétrécissant l’offre et entraînant un envol des prix des métaux depuis deux ans, a-t-elle expliqué en début de séminaire. Une offre se réduisant plus vite que la demande a donc entraîné une hausse des prix dans un contexte économique maussade.

 

Malgré un ralentissement global de la croissance, l’énorme afflux de liquidités déclenché par les différents plans de stimulation de l’économie a été particulièrement favorable à la demande de métaux. Les capitaux disponibles se sont également investis dans les métaux, amplifiant le mouvement de hausse des prix. Soucieux d’éviter des troubles sociaux, les dirigeants chinois ont massivement investi dans les infrastructures très consommatrices de métaux afin de développer l’intérieur du pays. Une tendance qui se poursuivra même si la croissance du PIB chinois ralentit, comme il est fort probable.

 

L’économiste a cependant mis en garde contre un retour de l’inflation provoqué par une élévation des coûts des matières premières, les métaux, mais aussi et surtout les produits agricoles. Dans les pays émergent, le coût de l’alimentation représente 50% du budget d’un travailleur et en Chine, où les autorités admettent la réalité de l’inflation, celle-ci porte principalement sur les produits alimentaires. Au Bengladesh, une grève du textile, qui avait débouché sur un doublement des salaires, s’est terminée en émeute ! Pour la première fois depuis plus de 20 ans, les produits textiles vont augmenter dans les pays industrialisés, affirme Philippa Malmgren, pointant les hausses annoncées par Next.

 

Aux Etats-Unis, la politique monétaire accommodante (quantitative easing 2) est pratiquée avant tout pour faire baisser un chômage stabilisé au-dessus de 10%. Mais « quand vous entendez les banques centrales se préoccuper du chômage, ce n’est guère encourageant pour accroître l’offre », note l’économiste. Face à une offre limitée, certaines industries consommatrices pourront répercuter les hausses de prix, d’autres subiront une érosion de leurs marges. Les tensions vont s’accroître pour sécuriser les ressources naturelles à l’exemple de l’arrestation des pêcheurs chinois par le Japon. Un type d’accident qui va se multiplier, met en garde Malmgren qui prévoit que « la compétition pour les matières premières a déjà commencé à   produire des conflits ». Les terres rares, indispensables aux « nouvelles industries vertes » sont déjà au cœur d’un conflit entre laChine, 95% de la production, et les pays industriels.

 

 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -