Métaux non ferreux

Le 19 mars 2010 à 15h 13 par Daniel Krajka

Le nickel profite du rebond de la production d’Inox

Extrait :  Toujours très volatile, la cotation de la tonne de nickel   à 3 mois, tombée vers les 17 000 dollars début février, s’est redressée, passant au-dessus des 23 000 dollars début mars. Cette augmentation poursuit une hausse qui avait vu le prix du métal du diable grimper de 9 000 dollars en mars 2009 à près de 20 000 en fin d’année. Pour l’ensemble de 2009, le prix moyen du nickel avait baissé de 30% par rapport à l’année précédente, à 14 600 dollars.       Le niveau actuel des prix confirme la solidité des fondamentaux du nickel, explique Gayle Berry de Barclays Capital. Selon l’analyste, une hausse des prix aurait dû s’effectuer au deuxième semestre 2009, quand le marché enregistrait un net déficit. Des livraisons massives pour raisons fiscales de nickel russe dans le dépôt de Rotterdam du LME avaient alors limité le mouvement haussier.   Signe de tension sur le marché, les stocks pléthoriques détenus par les magasins du LME ont commencé à se dégonfler. Après avoir touché un sommet historique, 166 476 tonnes début février, les stocks de la bourse londonienne sont repassés sous les 160 000 tonnes. Cet amoncellement est probablement moins significatif qu’il ne parait. L’analyste de Brook Hunt – la branche métaux du consultant Wood MacKenzie –, Andrew Mitchell, a expliqué à Reuters, qu’une partie du nickel accumulé au LME était habituellement stocké par les producteurs et les consommateurs. Les réserves de nickel sont juste devenues plus visibles, résume Mitchell.   Cette amélioration est confirmée par les derniers chiffres publiés par l’International Nickel Study Group qui indiquent un fort rebond de la demande en janvier. La consommation globale de nickel a atteint 112 400 tonnes, enregistrant une hausse de 5,5% par rapport au mois précédent et de 39% par rapport à janvier 2009. Sur un mois, les consommations de l’Europe et des Etats-Unis se sont appréciées de respectivement 5 et 27%. Dans le même temps, la production minière restait étale à 111 500 tonnes.     Rebond de la demande…   Ce raffermissement du marché du nickel est forcément lié au redressement de la production d’acier inoxydable, la principale utilisation du métal. Après un recul de 7% sur un an en 2009, la consommation de métal raffiné devrait rebondir de 10% à 1,32 million de tonnes en 2010, prévoit Chloe Haseltine, une analyste de l’Abare (Australian Bureau of Agricultural and...

Effectuer une autre recherche

Rechercher
Une question ? nous contacter

À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1345)
    • Matières premières industrielles (813)
    • Produits agricoles (657)
    • Energie (638)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -