imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le cuivre en déficit

Le 24 novembre 2011 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Cuivre


Malgré une nouvelle correction des cours le cuivre semble toujours bénéficier de fondamentaux solides.

La chute de l’indice avancé des agents d’achats en Chine (PMI) calculé par HSBC, à 48 en novembre, son niveau le plus bas depuis 32 mois, a entrainé une nouvelle baisse du cours du cuivre à trois mois sur le SHFE. En recul depuis la veille de 2%, le prix de la tonne de métal rouge est ainsi tombé à 54 310 yuans, soit 8 552 dollars. Les craintes liées au ralentissement de la croissance en Chine, auxquelles s’est ajoutée la possibilité d’une dégradation de la dette de l’Etat français, ont également fait plonger la cotation à trois mois du métal raffiné sur le LME à 7 195 dollars, son plus bas niveau depuis le 21 octobre.

Cet accès de faiblesse du cuivre lié à la conjoncture, n’est pas incompatible avec des fondamentaux toujours solides. Les dernières statistiques publiées par l’International Copper Study Group indiquent en effet qu’en août le marché du métal rouge affichait un déficit de 45 000 tonnes, après un surplus de 25 000 tonnes en juillet. Pour la période comprise entre janvier et août 2001 le déficit a cependant été divisé par 2 sur un an, tombant à 161 000 tonnes contre 339 000 tonnes en 2010. En tenant compte des variations saisonnières le déficit n’est toutefois que de 23 000 tonnes.

C’est toujours l’extraction minière, insuffisante, qui crée le déficit. En recul sur un an de 2,3% à 1,35 million de tonnes (Mt), la production de concentrés a subi de plein fouet un recul de 8% de l’offre chilienne et un effondrement de 36% de la production de l’Indonésie, touchée par d’importantes grèves. Le taux d’utilisation des capacités minières n’est que de 77,8% en août. Pour les 8 premiers mois de l’année cependant l’offre est étale à 10,464 Mt. Dans ces conditions, il a fallu une hausse de 15% de la production de métal secondaire pour que celle de cuivre raffiné progresse de 3,5% à 1,69 Mt avec un taux d’utilisation tout juste supérieur à 80%. Pour les 8 premiers mois de l’année la production de métal primaire s’est appréciée de 2,5% à 12,93 Mt.

Pas assez cependant par rapport à une consommation en hausse de seulement 1% pour la période comprise entre janvier et août, à 13,087 Mt. Malgré une hausse sur un an de 13% de la demande chinoise au mois d’août – compensant le recul de la demande en Europe où la demande a chuté de près de 7% –, la consommation du dragon a reculé de 2,6% durant les 8 premiers mois de l’année.

La solidité des fondamentaux du métal rouge a été confirmée par la société cuprifère allemande Aurubis. « Le sentiment général que la demande souffre des préoccupations économiques ne semble pas correspondre avec la tendance baissière des stocks détenus dans les entrepôts des bourses de métaux », a commenté Aurubis. La compagnie table également sur une hausse des achats chinois de cuivre en novembre que devrait entrainer le bas niveau des prix. Les affineurs chinois ont déjà annoncé que face au recul des coûts de traitement et d’affinage, ils préféraient réduire leur offre.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -