imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Envol du prix du sélénium

Le 03 mars 2004 par Rédaction L'Usine Nouvelle

Les besoins chinois dopent les cours du métalloïde.

La bataille qui fait rage entre consommateurs européens et chinois vient de pousser le prix du sélénium vers des niveaux entrevus pour la dernière fois en mars 1983. Les acheteurs chinois ont même tenté d'enlever des stocks de métal en renchérissant sur des contrats à long terme signés par des consommateurs européens.
Dans la nature le sélénium se trouve en combinaison avec d'autres métaux. Il est obtenu de  manière industrielle en tant que sous-produit du cobalt, du nickel et surtout du cuivre. Il est recueilli sur les anodes lors du raffinage obtenu par électrolyse. Il est utilisé dans la fabrication du verre, la chimie et l'élaboration de pigments, l'électronique ainsi que la métallurgie et l'agriculture. Ce sont ces deux dernières utilisations qui ont déclenché la convoitise des industriels chinois.
Le sélénium peut en effet entrer comme complément dans le régime alimentaire des animaux et être utilisé comme fertilisant pour les sols agricoles pauvres. Mais c'est surtout son utilisation métallurgique qui a déséquilibré le marché. Face à l'envolée du cours du nickel, les aciériste chinois ont commencé à replacer pour partie le métal du diable par du manganèse pour produire de l'inox. Or le sélénium est utilisé dans le raffinage du manganèse.
La production mondiale de sélénium tourne actuellement autour de 2 000 tonnes par an. La baisse de production de cuivre a été compensée par la récupération de déchet contenant du sélénium. L'explosion de la demande chinoise a propulsé le prix de la livre de sélénium qui s'échangeait entre 3,75 et 4,25 dollars à fin 2002 vers 5,80/6,40 dollars à fin 2003. Et depuis le décollage a été vertical, la livre de métal spot ayant touché 12/14 dollars à fin février.
Le prix du sélénium n'est pas encore considéré comme prohibitif par les acheteurs chinois car, indispensable pour produire du manganèse électrolytique, la quantité nécessaire - un kilo de sélénium pour une tonne de manganèse - ne joue pas sur le prix final de l'acier inoxydable.
Daniel KRAJKA

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -