imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les conséquences de l'épidémie Ebola pour les marchés de commodités sont encore limitées

Le 13 octobre 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Commodités


A l'exception de la bauxite, pour laquelle la Guinée est un producteur majeur, l'épidémie qui ravage l'Afrique de l'Ouest ne sera ressentie sur les marchés que si elle se répand dans les pays voisins.


Selon l'OMS, le nombre de personne touchées par Ebola pourrait bien bondir de 8 000 actuellement à plus de 20 000 début novembre. Jusqu'à présent les conséquences économiques de l'épidémie sont restreintes aux économies intérieures – hausse des prix provoquée par des achats de panique, restriction à la mobilité de la main d'œuvre – des trois pays touchés, Guinée, Libéria et Sierra Leone, explique Anna Mulholland, dans la dernière parution de l'hebdomadaire que la Deutsche Bank consacre aux matières premières. Sur les marchés agricoles, les conséquences sont modérées, les trois pays n'assurant ensemble pas plus de 2% des productions mondiales de cacao, café, coton, caoutchouc et huile de palme. Leur importance est toutefois plus marquée pour les produits miniers tels que l'or, le minerai de fer, le cuivre et surtout la bauxite pour laquelle la Guinée assure plus de 7% de l'offre mondiale. 
 
 
Des perturbations dans les exportations de bauxite de Guinée, et dans une moindre mesure de Sierra Leone, n'auraient pas trop de répercussions sur la filière aluminium. Toutefois, combinée à l'actuel embargo sur les exportations de minerai brut décidé par l'Indonésie – le quatrième producteur mondial de bauxite – c'est au total 20% de la production mondiale qui serait affecté. Pour trouver des substituts à la bauxite indonésienne, des aluminiers chinois ont notamment prix des participations dans des gisements guinéens. 
 
Les conséquences de l'épidémie seraient par contre dramatiques pour les marchés de matières premières si Ebola se répandait dans les pays voisins d'Afrique de l'Ouest. La Côte d'Ivoire et le Ghana représentent 60% de la production mondiale de cacao. Avec le Nigéria et le Cameroun, l'Afrique de l'Ouest produit plus de 70% du cacao mondial. 
 
Riche en gisements miniers, l'Afrique de l'Ouest représente un potentiel de croissance important. Dans le secteur aurifère, le Ghana et le Mali, respectivement 10e et 15e producteurs d'or, assurent ensemble plus de 5% de la production mondiale de métal jaune. Dans le minerai de fer, les pays d'Afrique de l'Ouest montent en puissance. Sierra Leone, Mauritanie et Libéria devaient produire ensemble en 2015 un peu plus de de 2,5% du minerai extrait. Au Sénégal et plus encore en Guinée, des gisements parmi les plus vastes non encore en activité ont déjà attiré des milliards de dollars d'investissement. 
 
La Zambie et la République démocratique du Congo sont plus éloignés mais pas à l'abri de la propagation de l'épidémie. La production de ces deux pays, qui croit à un rythme accéléré, représente près de 10% de l'offre mondiale, estime la banque allemande.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation