imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

BHP Billiton pousse sa production minière et réduit ses forages dans les pétroles de schistes

Le 21 janvier 2015 par Myrtille Delamarche
BHP Klipspruit
BHP Klipspruit

Le premier groupe minier mondial annonce des records de production sur 8 sites et 5 matières et maintient un objectif de croissance de sa production globale de 16% sur une période de 2 ans (se terminant en juillet 2015). Si la chute brutale des prix du pétrole intervenue depuis juin 2014 le force à une réduction importante du nombre de forages pétroliers, un recentrage sur les champs les plus rentables permet néanmoins d'espérer une importante hausse de production.

 

 BHP a annoncé un arrêt de production sur 40% de ses forages de pétrole de schistes aux Etats-Unis, dont le nombre devrait passer de 26 à 16 d’ici la fin de l’année fiscale, en juillet. Ce qui ne l’empêche pas de prévoir une hausse de production totale en hydrocarbures de 50% sur la même période. Le second semestre 2014 avait pourtant vu une augmentation de 9% de sa production de pétrole, à 131 millions de barils équivalent pétrole (Mbep). Une augmentation portée par un accroissement de 71% dans l’onshore américain (24,4 Mbep).

 

On est loin des prévisions annoncées fin 2013 par BHP à ses investisseurs. Le groupe annonçait alors un investissement annuel de 4 milliards de dollars permettant d’extraire des schistes américains 200 millions de barils en 2017. Tim Cutt, responsable du secteur pétrole et potasse de BHP, promettait alors une autosuffisance financière sur cette activité en 2016 qui pourrait générer un cash-flow de 3 milliards sur l’année fiscale 2020.

 

Mais ces annonces intervenaient avant la chute brutale des cours intervenue depuis l’été 2014. « Nous avons réagi rapidement en réaction aux prix bas et allons réduire le nombre de forages opérés dans l’onshore aux Etats-Unis d’environ 40% d’ici la fin de l’année fiscale (juillet 2015) », affirmait le PDG Andrew Mackenzie lors de la présentation de ce rapport opérationnel, en précisant que le groupe resterait vigilant sur l’évolution de ce secteur. Ce qui augure des fermetures supplémentaires de capacités en cas de poursuite de la baisse des cours.

 

Du volume pour pallier la réduction des marges

 

Tout comme ses concurrents, BHP compense en volume la chute des prix des ressources minières, afin de maintenir les dividendes malgré la chute des cours des principales matières premières (minerai de fer, cuivre et pétrole notamment). Dans son annonce de résultats opérationnels pour le premier semestre de l’année fiscale 2014-15, le groupe anglo-australien multiplie – logiquement - les annonces de records de production.

 

Parmi les productions en forte hausse, le zinc, dont les volumes extraits (notamment à Antamina et Cannington) prennent 20% par rapport à l’année précédente, à presque 74 Mt. Le plomb (+6%), l’argent (-5%) et l’uranium (-2%) n’ont pas réservé de surprise.

 

Moins exposé que son challenger Rio Tinto sur le minerai de fer grâce à sa diversification, BHP annonce une production de 113 Mt pour le semestre (+16%), pour une production annuelle projetée à 225 Mt.

 

Sur le cuivre, le géant minier annonce des hausses de production sur tous ses sites (Escondida et Pampa Norte au Chili, Olympic dam en Australie) sauf Antamina (Pérou), en chute de 37% (en raison d’une teneur en cuivre du minerai en forte baisse) qui tire la production totale à la baisse (-2%).

 

Les futurs actifs de South32

 

Parmi les matières qui devraient passer sous la bannière de South32, l’entité à naître de la scission en cours de préparation pour réunir les actifs les moins stratégiques de BHP, le charbon présente des résultats mitigés. Le charbon métallurgique extrait par BHP est en hausse de 21% à 26 millions de tonnes, porté par l’investissement en Australie. L’objectif annuel reste inchangé, à 47 Mt. Le charbon thermique, par contre, connaît une baisse de production de 3% pour le semestre, à 36 Mt. L’objectif reste néanmoins fixé à 73 Mt pour l’année fiscale.

 

Du côté des non-ferreux, si l’alumine reste stable à 2,6 Mt, la production d’aluminium est réduite de 16% à 517 000 t.

 

Dans le manganèse, 4,6 Mt de minerai ont été extraite (+7%) tandis que la production d’alliages a fait un bond de 23%, à 372 000 t sur le semestre.

 

La production de nickel, enfin, décline de 11% à 70 000 t suite à la fermeture de la mine Perseverance (après l’échec de la vente de sa filiale Nickel West, Australie) en novembre 2013 et à des teneurs en baisse à Cerro Matoso en Colombie.

 

Malgré la faiblesse de la future spin-off de BHP dans le minerai de fer, certains analystes la désignent néanmoins comme une cible de choix pour Glencore Xstrata, resté sur sa soif après la rebuffade de Rio Tinto.


Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -