imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le percepteur rattrape les mineurs australiens

Le 04 mai 2010 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines, BHP Billiton


La taxe de 40% que l’Etat va imposer sur les profits des sociétés minières pourraient remettre en cause les investissements nécessaires au secteur, mettent en garde ces derniers.

Les colossaux profits des mineurs établis en Australie ne pouvaient plus longtemps laisser indifférent l’Etat australien qui, comme les autres Etats, doit aujourd’hui accroitre ses rentrées. Deux des trois mineurs géants diversifiés, BHP Billiton et Rio Tinto, les numéros un et trois du secteur, sont anglo-australiens. Habituellement discrets sur les commentaires politiques, ils ont officiellement réagi à la volonté affichée du gouvernement d’imposer une taxe de 40% sur les profits miniers.

 

Le gouvernement de centre-gauche de Kevin Ruud a décidé de réorganiser les rentrées fiscales du pays. Il a l’intention de réduire les taxes sur les sociétés de 30 à 28% et de simplifier la fiscalité des ménages, sans toutefois toucher à la Tva mais en augmentant massivement les taxes sur le tabac. Le nouvel impôt sur les ressources naturel devrait rapporter 9 milliards de dollars à partir de l’année fiscale 2013-2014.  

 

Selon Rio Tinto, cette aggravation de la fiscalité ferait de l’industrie minière australienne la plus lourdement taxée dans le monde. De plus, s’inquiète le mineur, « changer les règles pour des projets ayant nécessité des milliards de dollars d’investissement » enverrait le pire des messages aux investisseurs. « Rio n’est pas opposé à une modification de la fiscalité…et voudrait jouer un rôle constructif dans le processus de consultation lancé par le Gouvernement », souligne cependant le groupe.   

 

Pour BHP Billiton cette fiscalité alourdie « provoquerait une augmentation du taux d’imposition effectif sur les profits du groupe réalisés en Australie de 43 à 57% » à partir de l’année fiscale 2012-2013. En 2009 la compagnie minière a payé 6,3 milliards de dollars australiens (5,84 milliards de dollars US) d’impôts : 3 milliards de taxes sur les sociétés, 1,9 milliard de royalties pour les Etats, 1,1 milliard de taxation sur la rente pétrolière et 0,35 milliards d’impôts divers. Lors de l’année fiscale terminée en juin 2009, le groupe après s’être acquitté de ses impôts avait dégagé un cash-flow opérationnel de 18,9 milliards dont 9,5 avaient investi en dépenses de capital et 4,6 milliards versés aux actionnaires a calculé Barry Sergeant de Mineweb.

 

Malgré une sévère correction en 2008-2009, les prix du minerai de fer se sont tenus depuis cinq   ans à un niveau très élevés faisant des trois grands mineurs de fer, BHP, Rio et le brésilien Vale, les entreprises minières les plus profitables. Toutefois, la situation est très diversifiée selon les métaux. Le même BHP annonçait début 2009 la fermeture de son site nickélifère flambant neuf de Ravensthorpe avant de le revendre à bas prix un an plus tard. Coût de l’opération une perte nette de 3,6 milliards.

 

Deux magnats des mines ont immédiatement réagi par le gel de certains projets. Tony Sage, qui contrôle Cape Lambert Resources a abandonné ses projets d’exploration en Western Australia pour accélérer ses investissements en Afrique. Clive Palmer, a également annoncé renoncer aux investissements programmés par son groupe, Mineralogy, jusqu’à ce que le projet ait été tué.


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation