imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

La Chine resserre ses liens avec l'Afrique

Le 11 février 2009 par Rédaction L'Usine Nouvelle
* Mots clés :  Chine

Nouvelle visite du président chinois en Afrique, un voyage « désintéressé et à but non lucratif » affirment les dirigeants de l'ex-empire du Milieu.

« Notre relation avec les pays africains n'est pas seulement basée sur l'énergie ou les ressources  », s'est cru obligé d'affirmer le ministre adjoint des Affaires étrangères, Zhai Jun.
Et, de fait, la nouvelle tournée présidentielle qui durera 6 jours et commencera le 10 février - la 4e depuis l'accession au pouvoir de Hu en 2003 - ne ressemble pas, cette fois-ci, à un tour des pétroles et minerais africains. Après l'Arabie Saoudite Hu Jintao visitera en effet le Mali, le Sénégal, la Zambie et l'Ile Maurice, des pays d'importance économique mineure.

Les échanges entre la Chine et les pays d'Afrique progressent à un rythme annuel de 30% ayant bondi de 10 milliards de dollars en 2000 à 107 milliards l'an dernier, la Chine important pour 56 milliards de dollars. Ces relations se sont encore approfondies depuis l'organisation à Pékin en 2006 d'un forum Chine-Afrique et l'Afrique assure un tiers des importations de pétrole du dragon. Selon Pékin, devenu le plus important constructeur d'infrastructures en Afrique, des accords d'assistance financière auraient été signés avec 48 des 53 pays du continent.

Toutefois, a calculé Carlos Oya un chercheur de la London School of Economics, l'aide chinoise à l'Afrique ne dépasse pas 500 à 800 millions de dollars par an. En comparaison l'aide des Etats-Unis à l'Afrique subsaharienne atteignait 5,6 milliards de dollars en 2006 alors que les différentes sortes d'aide des pays de l'Union Européenne atteignaient 34 milliards.

Un train chinois pour accomplir le Hadj

Si les autorités chinoises ont été soucieuses d'insister sur le fait que les 4 pays africains que leur président doit visiter ne sont pas des grands producteurs de matières premières, le premier pays visité, l'Arabie Saoudite, est, depuis 2002, le premier fournisseur de la Chine.
Les 36,37 millions de tonnes (732 380 millions de barils/jour) de brut achetés au Royaume représentent 20% de ses importations. L'Arabie Saoudite est le principal partenaire commercial de la Chine dans la région avec 41,8 milliards de dollars d'échanges en 2008. Le géant chinois des hydrocarbures s'est allié à Aramco pour plusieurs projets d'envergure et compte, d'ici à 2015 lui acheter 1,5 million de barils de brut par jour.

La compagnie chinoise China Railway a signé un contrat de 1,8 milliard de dollars pour la construction d'un monorail destiné au transport des pèlerins. La ligne reliera La Mecque à Mina, Mouzdalifah et au Mont Arafat, les principaux sites sacrés autour de la ville que plus de deux millions de pèlerins visitent chaque année. La semaine dernière, un autre constructeur ferroviaire chinois, China Railway Engineering, associé au français Alstom, avait remporté un autre contrat de 1,8 milliard de dollars pour la construction d'une ligne de train à grande vitesse de 444 km reliant la Mecque et Médine via Djeddah.
Selon l'agence locale Spa, les deux pays ont également signé des accords de coopération dans les domaines du commerce, du pétrole, du gaz naturel, de la pétrochimie et des minerais.

Daniel Krajka


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation