imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Tassement pour le plastique au deuxième semestre 2011

Le 14 novembre 2011 par Lilly Thomann


En octobre, un ralentissement sévère de l’activité a été constaté par l’ensemble des professionnels du secteur de l’emballage plastique et souple. Et, selon Elipso, le Syndicat des producteurs de plastique, les prévisions pour 2012 restent incertaines.

L’activité à l’export de l’emballage plastique et souple s’est tassée brutalement. Notamment celle en provenance des pays d’Europe du Sud. Le constat est plus sévère que ne l’étaient les anticipations d’Elipso, Syndicat des producteurs de plastique, qui a donné sa conférence de presse annuelle le 8 novembre dernier à Paris. Une vraie rupture s’est enregistrée entre juillet et le deuxième semestre.

Le climat anxiogène européen en serait le facteur principal. La faillite de la Grèce, l’emballement des marchés boursiers, la crise italienne ont joué en la défaveur de la consommation des ménages. Les entreprises sondées anticipent une croissance nulle au second semestre en raison du ralentissement, déjà en cours, de la demande mondiale.

Mais Françoise Gerardi, déléguée générale d’Elipso, brandit une autre explication, selon elle, imparable. « Depuis longtemps, il a été montré que lorsqu’il fait mauvais temps, les gens consomment moins, révèle la déléguée générale. Cela engendre moins de boissons fraîches commandées, moins de consommations à l’extérieur, donc moins d’emballages vendus. »

Vers un léger recul des effectifs

Face à ce manque de dynamisme du secteur, les entreprises françaises interrogées par Elipso doivent s’adapter. Un quart d’entre elles envisagent de réduire leur effectif, « mais seulement en jouant sur les intérimaires et les CDD », précise Françoise Gerardi. 28% des entreprises adhérentes au syndicat envisagent de procéder à des licenciements économiques au second semestre 2011.
L’année 2012 reste quant à elle, incertaine. La production suspendue à des facteurs volatiles comme la santé des marchés financiers ou les revirements politiques, s’effectuera à flux tendu. « L’impossibilité de stockage incite à faire des commandes en urgence », analyse la spécialiste.
Le seul point positif reste le développement de la consommation de plastique dans les pays émergents, et du Maghreb (comme la Tunisie et le Maroc), qui intéressent déjà certaines entreprises européennes.
 


Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation