imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Stabilisation des prix du minerai de fer

Le 04 avril 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines


Malgré une hausse très modérée de l'activité de la sidérurgie conjuguée à une forte augmentation de l'offre, le prix du minerai de fer devrait se maintenir au-dessus des 100 dollars par tonne.

 
Murilo Ferreira, le directeur exécutif du brésilien Vale, le premier producteur mondial, s'est affirmé confiant dans la solidité des fondamentaux du minerai de fer, lors des deux prochaines années. A l'occasion d'un déjeuner organisé par le Melbourne Mining Club, le 3 avril, il a affirmé l'existence "d'un prix plancher de 110 dollars de moyenne par tonne". "Lors des cinq dernières années il n'y a pas eu de moyenne trimestrielle inférieure à 110 dollars par tonne, y compris en 2012, quand le prix spot a chuté à 87 dollars, en septembre", a-t-il rappelé. 
 
 
Depuis le début de l'année, le prix spot de la tonne CIF Chine de minerai de fer à 62% a baissé d'une vingtaine de dollars, avant de se redresser au-dessus de 115 dollars. Les pluies et les ouragans qui perturbent habituellement l'embarquement du minerai dans les ports des deux grands pays exportateurs, l'Australie et le Brésil, ont été moins importants que de coutume. De plus, note Grant Sporre de Deutsche Bank, l'augmentation de l'offre de minerai n'a pas été compensée par une production de la sidérurgie mondiale plus faible qu'attendue, notamment en Chine. 
 
Si les stocks de minerai accumulés dans les ports minéraliers chinois sont importants – mais loin des 62 jours d'utilisation de 2008 –, il n'en est pas de même pour ceux, relativement bas, constitués par les sidérurgistes, tempère Michael Widmer de Bank of America Merrill Lynch. Les fondamentaux relativement faibles du minerai de fer ont été exacerbés par les opérations financières qui utilisent l'intrant de l'acier comme sous-jacent. L'importance de ces opérations est cependant bien moindre que pour le cuivre, souligne la banque allemande. Le prix du minerai devrait se maintenir au-dessus de 115 dollars au cours du deuxième trimestre, prévoit Grant Sporre. 
 
La baisse du yuan vis-à-vis du dollar a permis à certaines mines chinoises de sortir du rouge. La réactivation de mines à coûts élevés va peser sur le niveau moyen des cours et pourrait limiter les importations chinoises. L'analyste estime cependant que le coût marginal de production atteint 105 dollars par tonne si l'on tient compte de la qualité inférieure du minerai extrait en Chine. En 2014, prévoit Deutsche Bank, l'offre globale devrait progresser de 9%, soit une production additionnelle de 160 millions de tonnes (Mt). Après 2015, la croissance de la production devrait fortement ralentir. 
 
 
Sous la pression de cette importante production additionnelle, principalement en Australie et au Brésil, le marché du minerai de fer devrait afficher un surplus compris en 40 et 50 Mt en 2014. Dans ce contexte, prévoit Deutsche Bank, le prix du minerai devrait tomber de 130 dollars en 2013 à 113 dollars en 2014 et respectivement 104 et 102 dollars en 2015 et 2016. Des attentes très proches de celles de Bank of America Merrill Lynch, pour qui les prix devraient baisser aussi lentement que régulièrement, de 110 dollars en 2014 à 105 dollars l'année suivante et 100 dollars en 2016. 
 
A 100 dollars la tonne, la prévision à long terme des analystes des deux banques, Vale devrait encore afficher des résultats positifs. Le numéro un  mondial du minerai de fer, qui table sur une augmentation de ses exportations de 311 Mt en 2013 à 450 Mt en 2018 bénéficie de coûts de production parmi les plus bas. Selon Murilo Ferreira, le développement des mines de Carajas va permettre au groupe de réduire ses coûts par tonne de 22 à 18 dollars par tonne. Vale va poursuivre son plan de réduction de coûts a confirmé le dirigeant, qui a souligné "ne pas être intéressé par l'augmentation en soi des volumes extraits mais par la hausse des retours pour l'actionnaire". 
 

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation