imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Les australiens confirment leur domination sur le minerai de fer

Le 17 juillet 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines, Minerai de fer


Malgré un net recul des prix du minerai, Rio Tinto et Fortescue continuent d'augmenter leur production.


La compagnie minière anglo-australienne Rio Tinto a produit 139,5 millions de tonnes (Mt) de minerai de fer au cours du premier semestre 2014, soit une hausse de 10% sur un an. Ses exportations ont dans le même temps bondi de 20% à 142,4 Mt. "Notre expansion (des capacités) dans le minerai de fer continue de produire une croissance à marge élevée, qui renforce notre position de producteur à faibles coûts", s'est félicité le directeur exécutif de Rio Tinto, Sam Walsh, dans un communiqué. Sur l'ensemble de l'année, le groupe devrait produire 295 Mt et en vendre 300 Mt, estime l'analyste de Citi, Heath Jansen. Ces objectifs pourraient même être dépassés avec une météo favorable, précise la banque américaine. 
 
Malgré un fort recul des prix du minerai de fer, qui a perdu un tiers de sa valeur depuis le début de l'année et évolue autour de 100 dollars la tonne, Rio Tinto poursuit son programme de développement accéléré. D'ici à un an, ses capacités de production devraient atteindre 360 Mt. Rio ne croit pas à l'arrêt de la croissance de la demande et de la production d'acier en Chine. Certes, la croissance n'est plus à deux chiffres, mais la compagnie minière compte sur ses coûts d'extraction parmi les plus bas pour gagner des parts de marchés au détriment des groupes miniers chinois. Ceux-ci, dont le minerai est de moins bonne qualité, ne bénéficient même pas de coûts de transports moins élevés. Les nouveaux complexes sidérurgiques chinois ont été construits en bord de mer et le coût d'affrètement des vraquiers géants destinés à apporter le minerai australien n'est en aucun cas supérieur aux tarifs du transport ferroviaire qui achemine le minerai extrait en Chine. Ce que confirment les douanes chinoises, indiquant que les importations chinoises de minerai ont encore grimpé de 19% sur un an au cours du premier semestre 2014, à 457 Mt. 
 
Un autre groupe australien, Fortescue Metals, qui est devenu en quelques années le quatrième producteur mondial de minerai de fer, poursuit également sa croissance à marche forcée. Créé en 2003, il a livré 124 Mt de minerai lors de l'année fiscale 2014 et table déjà sur une hausse de ses ventes de 29% à 155-160 Mt pour l'année en cours. La montée en puissance de sa nouvelle mine de Kings, dans le Pilbara (Western Australia) lui a déjà permis d'atteindre une production annualisée de 160 Mt en juin. Fortescue vient de commander 4 minéraliers géants qui seront livrés entre novembre 2016 et mai 2017 afin de réduire les frais de transport de ses produits. Et négocie l'achat de 4 autres bateaux du même type. 
 
Avec BHP Billiton, qui n'a pas encore publié ses résultats, les grands producteurs de minerai de fer basés en Australie ont accéléré leurs investissements pour profiter de la demande de la sidérurgie chinoise. Bénéficiant de gisements géants et de bonne qualité, faciles et peu couteux à exploiter, ils n'ont pas hésité à faire baisser les prix en saturant le marché. Ils ont ainsi progressé en volume au détriment des petites mines chinoises. Ils ont également repoussé dans le temps l'ouverture des mines géantes d'Afrique de l'Ouest, qui, à terme, seraient devenues de sérieux concurrents. Avec le brésilien Vale, qui bénéficie également de conditions favorables dans ses mines de Carajas, les trois géants, devenus quatre, dominent toujours le marché de l'intrant de l'acier.

Une question ? nous contacter


À la une
© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation