imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedin Partager cette page sous Twitter S'abonner au flux RSS de Indices et Cotations

Le marché du charbon métallurgique est saturé

Le 24 octobre 2014 par Daniel Krajka
* Mots clés :  Mines


A l’image de la situation du minerai de fer, les grands producteurs de charbon à coke continuent d’augmenter leur offre, accélérant la baisse des prix.


Le ralentissement de la croissance de la production chinoise d’acier a eu les mêmes conséquences pour le marché du charbon métallurgique que pour celui du minerai de fer. Début 2011, la tonne de charbon à coke s'échangeait pour 300 dollars : sa valeur a été pratiquement divisée par trois. Le reflux des prix a sensiblement ralenti en 2014 mais ils ont encore perdu 16% depuis le début de l'année. La tonne de charbon métallurgique australien s'échange pour 110 dollars. Le prix de référence a été fixé pour le quatrième trimestre à 119 dollars à l'issue des négociations entre les compagnies minières australiennes et les sidérurgistes japonais. En baisse de un dollar par rapport au trimestre précédent, le prix de référence est à son plus bas niveau depuis six ans. 
 
Malgré la forte baisse des prix du charbon, les compagnies ont continué de développer les gisements mis en activité durant la phase ascendante du cycle. BHP Billiton, associé à son partenaire japonais Mitsubishi, est le premier producteur mondial de charbon métallurgique destiné à l'exportation. Il vient d'enregistrer de nouveaux records de production au troisième trimestre. Il a produit 12,8millions de tonnes (Mt), soit 7% de plus qu'au trimestre précédent et 25% de plus qu'au troisième trimestre 2013. Andrew Mackenzie, le directeur exécutif de BHP, avait justifié cette politique de volumes pour le minerai de fer lors de la présentation de son bilan trimestriel : "Le producteur qui a les coûts les plus bas a le droit de produire avec des marges très élevées sur un marché libre." Une politique également mise en pratique pour le charbon à coke.  
 
Rio Tinto, qui a revendu ses actifs charbonnier au Mozambique, enregistre une réduction de 14% sur un an de sa production de charbon métallurgique au troisième trimestre à 1,93 Mt. Un autre géant du secteur, Anglo American, affiche une hausse de son offre. Sa production pour le trimestre s'est appréciée de 4% à 5,1 Mt et de 15% pour les trois premiers trimestres de l'année à 16 Mt. La Chine qui est le premier producteur mondial de l'intrant de l'acier – 527 Mt en 2013, selon la World Coal Association – est également le premier importateur avec 77 Mt. L'Australie qui a produit et exporté l'an dernier 154 Mt, alimente la sidérurgie chinoise et celle du Japon, qui a acheté en 2013 54 Mt de charbon à coke. 
 
Dans ce marché en surplus, Timma Tanners, une analyste de Bank of America Merrill Lynch, a réduit de 10 dollars ses prévisions de prix moyen pour 2015 à 125 dollars. Si elle attend un prix de référence à 120 dollars pendant le premier semestre, elle estime que des fermetures de capacités devraient ramener les prix vers les 130 dollars au cours de la deuxième moitié de l'année. Les compagnies des Etats-Unis ne pourront continuer d'exporter au rythme actuel, d'autant que le dollar s'est apprécié vis-à-vis des autres monnaies des pays exportateurs de charbon. Les ventes des Etats-Unis devraient retomber de 50 Mt à 40 Mt en 2015. 
 
La production d'acier en Chine devrait encore progresser de 3,4% en 2015 à 824 Mt et de 4,4% en 2016 à 879 Mt. La demande additionnelle en charbon métallurgique devrait être fournie par les mines chinoises, estime la banque américaine. En Australie et au Canada, les coûts marginaux d'extraction sont tombés de 180 dollars il y a quelques années à 150 dollars en 2013 et 140 dollars cette année. Bénéficiant de la dépréciation relative de leurs monnaies, les compagnies avec les coûts les plus élevés pourront poursuivre leur activité, d'autant que les taux d'intérêt sont très bas, prévoit l'analyste. Christofer LaFemina, un analyste du broker Jefferies, prévoit un doublement du surplus du marché à 20 mt en 2015. Il a réduit ses attentes de prix de respectivement 12% à 115 dollars en 2015 et de 10% à 117 dollars en 2016. Plus modestement Morgan Stanley a réduit ses attendes pour 2015 de 133 à 125 dollars.

Une question ? nous contacter


À la une
  • A suivre dans l'actualité

    • Métaux non ferreux (1357)
    • Matières premières industrielles (815)
    • Produits agricoles (719)
    • Energie (649)

© L'Usine Nouvelle    - Publicité- Conditions générales d'utilisation - RSS -